Les Palestiniens réclament une enquête internationale sur la mort d'Arafat

3 contributions
Publié le 4 juillet 2012.

RAMALLAH (Territoires palestiniens) - Les Palestiniens sont prêts à une analyse du corps du chef historique Yasser Arafat et réclament une enquête internationale sur sa mort, après les révélations d'Al-Jazeera sur des quantités anormales de polonium qui redonnent crédit à la thèse de l'assassinat.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a décidé d'autoriser l'analyse du corps "à condition que sa veuve, Souha Arafat, et son neveu, Nasser al-Qidwa, représentant de la famille, l'approuvent", a déclaré mercredi à l'AFP Taoufiq Tiraoui, chef de la commission d'enquête palestinienne sur la mort d'Arafat, décédé dans un hôpital militaire français le 11 novembre 2004.

Sous réserve de cet accord, "nous contacterons le laboratoire suisse dans les prochains jours pour qu'il vienne collecter les échantillons dont il a besoin", a-t-il ajouté.

Cela exige une exhumation de la dépouille qui repose dans un mausolée au siège de la présidence à Ramallah.

Souha Arafat, jointe par l'AFP à Malte, où elle réside, a annoncé qu'elle allait "immédiatement adresser une lettre officielle au laboratoire suisse qui a conduit les tests pour autoriser la collecte d'échantillons sur les restes du martyr Arafat afin de vérifier les résultats".

"C'est nécessaire à l'enquête et à la découverte de l'entière vérité", a-t-elle insisté.

"L'Autorité est toujours prête à coopérer pleinement (...) pour découvrir les véritables raisons de la maladie et de la mort du défunt président", a dit de son côté le porte-parole du président Abbas, Nabil Abou Roudeina.

"Il n'y a aucune raison religieuse ou politique qui empêche le réexamen de cette question, y compris une analyse des restes du défunt par des organismes scientifiques et médicaux fiables", a-t-il affirmé à l'AFP.

- "Quantité anormale de polonium" -

L'Institute for Radiation Physics de Lausanne, qui a analysé des échantillons biologiques prélevés dans les effets personnels du dirigeant palestinien, remis à sa veuve par l'hôpital militaire français de Percy, y a découvert "une quantité anormale de polonium", selon un documentaire diffusé mardi.

"Nous avons trouvé (un niveau) significatif de polonium dans ces échantillons", a déclaré à Al-Jazeera le directeur du laboratoire, François Bochud, estimant que cette substance radioactive n'est accessible qu'à "des gens qui s'intéressent ou construisent des armes nucléaires".

"L'unique moyen" de faire la lumière, selon le professeur Bochud, est "une exhumation d'Arafat qui nous fournirait un échantillon à haute teneur en polonium, s'il a été empoisonné". "Mais il faut le faire vite parce que le polonium se décompose, donc si nous attendons trop longtemps, toute éventuelle preuve disparaîtra", a-t-il prévenu.

"Le documentaire d'Al-Jazeera confirme l'implication d'Israël dans l'assassinat du défunt président Yasser Arafat", a estimé Tawfiq Tiraoui.

L'Etat hébreu a démenti les accusations d'empoisonnement de Yasser Arafat, dont il recherchait ouvertement l'éviction.

"Si les Palestiniens souhaitent vraiment connaître la vérité, il leur suffit d'exiger que les autorités françaises leur remettent le dossier médical établi par l'hôpital Percy et qui a également été remis à la veuve d'Arafat", a affirmé à l'AFP Yigal Palmor, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères.

"Si ce rapport a été enterré ces dernières années, c'est sans doute que la veuve et des responsables palestiniens ont quelque chose à cacher", a ajouté le porte-parole.

Le Hamas, principal mouvement d'opposition à Yasser Arafat, a appelé dans un communiqué à "une plainte arabe contre l'occupant pour révéler les circonstances de l'assassinat d'Arafat", rappelant que "celui à qui ce crime profite est l'ennemi sioniste".

© 2012 AFP
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr