Béthléem: L'Unesco au secours de l'église de la Nativité

Reuters

— 

L'Unesco a placé vendredi l'église de la Nativité de Bethléem, en Cisjordanie, sur la liste du patrimoine mondial en péril et a octroyé des fonds pour sa réparation, malgré les objections des Etats-Unis et d'Israël.

Treize des 21 membres du Comité du patrimoine mondial réuni à Saint-Pétersbourg ont voté en faveur du classement du site palestinien, considéré par les chrétiens comme le lieu de naissance du Christ, tandis que six s'y sont opposés et que deux se sont abstenus.

Selon les Palestiniens, l'occupation israélienne met en danger l'église construite au IVe siècle. Ils rappellent notamment le siège mené en 2002 par les forces israéliennes lorsque des activistes s'étaient retranchés dans l'édifice.

Des experts indépendants envoyés par l'Unesco s'étaient cependant prononcés contre le déblocage de fonds, affirmant que l'église, visitée chaque année par deux millions de personnes, n'était pas «sérieusement endommagée ou immédiatement menacée».

«Cela donne courage et confiance à notre peuple dans la victoire inévitable de notre juste cause», a déclaré dans un communiqué Salam Fayyad, le Premier ministre de l'Autorité palestinienne.

Israël, qui avait déjà condamné l'entrée à l'Unesco de l'Autorité palestinienne comme membre de plein titre en 2011, a critiqué le vote du comité.

«C'est la preuve que l'Unesco est motivée par des considérations politiques et non culturelles», a affirmé le cabinet de Benjamin Netanyahu, le Premier ministre israélien, accusant les Palestiniens d'agir «unilatéralement» et de menacer la paix.

David Killion, l'ambassadeur des Etats-Unis à l'Unesco, s'est dit «profondément déçu» par la décision.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.