Les soulèvements des "printemps arabes" ont ouvert de nouveaux terrains à Al-Qaïda pour tenter de se reconstruire et augmenté les risques d'attaques de la part de candidats britanniques aux actions terroristes, affirme le chef du MI-5, le contre-espionnage britannique.
Les soulèvements des "printemps arabes" ont ouvert de nouveaux terrains à Al-Qaïda pour tenter de se reconstruire et augmenté les risques d'attaques de la part de candidats britanniques aux actions terroristes, affirme le chef du MI-5, le contre-espionnage britannique. - Carl de Souza afp.com

© 2012 AFP

Les soulèvements des «printemps arabes» ont ouvert de nouveaux terrains à Al-Qaida pour tenter de se reconstruire, et augmenté les risques d'attaques de la part de candidats britanniques aux actions terroristes, affirme le chef du MI-5, le contre-espionnage britannique.

L'instabilité née de l'effondrement des régimes renversés par les soulèvements arabes a créé «un environnement permissif» pour Al-Qaida, a déploré Jonathan Evans lors d'une conférence à Londres. Le directeur général du MI-5 a assuré que son service disposait de preuves que des «candidats au Jihad» britanniques effectuaient des voyages à l'étranger à la recherche de possibilités d'entraînement et d'actions militantes.

Les Jeux de Londres, «une cible alléchante»

«Certains reviendront au Royaume-Uni et constitueront une menace ici-même», a-t-il lancé, ajoutant qu'il s'agissait là d'«un développement nouveau et inquiétant et qui pourrait encore s'aggraver». L'influence d'Al-Qaida s'éloigne de l'Afghanistan et du Pakistan pour s'ancrer au Yémen, en Somalie et au Sahel, a encore indiqué le chef du contre-espionnage britannique. «Nous sortons d'une période de menace aiguë et précise pour entrer dans une autre où la menace est moins monolithique, mais plus diffuse», a-t-il ajouté.

En 2005, quatre militants fondamentalistes britanniques avaient provoqué la mort de 52 personnes dans les transports en commun de Londres lors d'une opération-suicide coordonnée. La tenue à Londres des Jeux Olympiques en juillet-août a fait de la sécurité une question de premier plan dans le pays.

Jonathan Evans a reconnu que les Jeux fournissaient «une cible alléchante à nos ennemis», mais s'est montré confiant dans la capacité des forces de sécurité à y faire face. «Les Jeux ne sont pas une cible facile et le fait que nous ayons déjoué nombre de complots terroristes ici et à l'étranger ces dernières années démontre que le Royaume-Uni n'est pas une cible facile pour le terrorisme», a-t-il assuré.