Le président équatorien Rafael Correa a tenu lundi à Quito une réunion avec son ambassadrice rentrée du Royaume-Uni, Ana Alban, afin d'étudier "toutes les implications" de la demande d'asile déposée par le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange.
Le président équatorien Rafael Correa a tenu lundi à Quito une réunion avec son ambassadrice rentrée du Royaume-Uni, Ana Alban, afin d'étudier "toutes les implications" de la demande d'asile déposée par le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange. - Carl Court afp.com

© 2012 AFP

Le président équatorien Rafael Correa a tenu lundi à Quito une réunion avec son ambassadrice rentrée du Royaume-Uni, Ana Alban, afin d'étudier "toutes les implications" de la demande d'asile déposée par le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange.

"La demande d'asile est examinée par notre gouvernement en fonction de toutes ses implications", a déclaré à la presse le chef de la diplomatie équatorienne Ricardo Patiño. "En particulier pour M. Assange", a-t-il souligné, en rappelant que le gouvernement n'avait fixé "aucune date" pour rendre sa décision.

Quito a reçu une demande d'asile de la part du fondateur australien de WikiLeaks, réfugié depuis le 19 juin dans l'ambassade de l'Equateur à Londres afin d'échapper à son extradition en Suède pour une affaire de viol présumé.

Julian Assange craint d'être ensuite extradé vers les Etats-Unis pour y être jugé pour espionnage, après la divulgation par son site de plus de 250.000 télégrammes diplomatiques américains.

L'ambassadrice équatorienne qui a regagné Quito le week-end dernier à la demande de M. Correa, a précisé que les besoins "de base" de M. Assange étaient garantis dans la mission diplomatique à Londres.

"Nous lui fournissons le nécessaire pour survivre, c'est-à-dire la nourriture, l'accès à certaines personnes qui viennent lui rendre visite", a-t-elle indiqué.

M. Correa, un dirigeant de gauche très critique envers les Etats-Unis, a déjà manifesté de la sympathie pour le fondateur de WikiLeaks et prévenu que son pays n'accepterait pas de "persécution politique".