Présidentielle américaine: Romney à la conquête de l'électorat hispanique

0 contributions
Publié le 22 juin 2012.

ORLANDO (Etats-Unis) - Le candidat républicain à la présidentielle américaine Mitt Romney a accusé jeudi le président Barack Obama d'avoir appauvri la communauté hispanique, lors d'un discours en Floride devant des représentants de cet électorat capital pour le scrutin de novembre.

"Depuis que le président Obama a pris ses fonctions, deux millions d'Hispaniques de plus vivent dans la pauvreté", a déclaré M. Romney devant la convention annuelle de l'Association nationale des élus et responsables hispaniques (Naleo), devant laquelle Barack Obama, candidat à sa réélection, s'exprimera lui aussi, vendredi.

"Trois ans et demi après (la prise de fonctions de M. Obama), plus de 23 millions d'Américains sont au chômage, en train de faire des petits boulots, quand ils n'ont pas abandonné l'idée de trouver un emploi", a poursuivi M. Romney.

"Au moment où nous devrions prendre de la vitesse, nous en sommes en train de ralentir", a encore lâché le candidat républicain, qui s'exprimait devant un millier de personnes réunies dans un hôtel du parc d'attractions Disney World à Orlando, au centre de la Floride (sud-est).

"Et les Hispaniques ont été touchés dans des proportions inouïes: alors qu'au niveau national le chômage dépasse encore les 8%, pour les Hispaniques, il est à 11%", a souligné l'ancien gouverneur du Massachusetts (nord-est), qui n'a pas manqué de rappeler qu'en 2008, M. Obama avait promis pendant sa campagne une réforme migratoire qu'il n'a finalement jamais faite.

"Malgré ses promesses, le président Obama n'a pas réussi à mener la réforme de l'immigration", "il n'a rien fait", "il a échoué", a martelé Mitt Romney, promettant de son côté "une solution pérenne" pour renforcer "l'immigration légale" et combattre l'immigration illégale de "manière résolue et humaine".

"Cela signifie qu'il faut à la fois empêcher les passages illégaux à la frontière" et mettre en place un "dispositif amélioré de vérification de sortie du territoire", a expliqué M. Romney.

"Je travaillerai avec les Etats et les entreprises pour mettre à jour le programme de visa de travail temporaire et faire en sorte qu'il corresponde à nos besoins économiques", a-t-il détaillé.

M. Romney a également indiqué que, s'il était élu, il remplacerait par une "solution à long terme" la fin des expulsions annoncée la semaine passée par M. Obama pour les jeunes immigrés sans papiers.

Cette mesure s'applique aux mineurs arrivés sur le territoire américain avant l'âge de 16 ans, qui sont actuellement âgés de moins de 30 ans, scolarisés ou ayant obtenu leur baccalauréat et n'ayant aucun antécédent judiciaire.

M. Romney n'a toutefois pas apporté de réponse claire au problème des quelque 11,5 millions de travailleurs sans papiers résidant aux Etats-Unis et son discours, applaudi du bout des doigts, a suscité des réactions mitigées dans le public.

"Romney a consacré beaucoup de temps au problème de l'immigration, mais ce qu'il a dit était creux", a réagi Annette Taddeo-Goldstein, patronne et fondatrice de l'entreprise LanguageSpeak, une proche de l'administration Obama. "Comme on dit en espagnol: +puro tilin tilin y nada de paletas+" (des promesses, toujours des promesses, ndlr).

"J'ai été surprise, en bien", a en revanche déclaré Maria Vazquez, entrepreneuse dans la restauration, se félicitant d'une proposition de M. Romney sur l'attribution de visas "pour le regroupement familial".

En 2008, M. Obama avait recueilli la majorité des votes de la communauté hispanique, la minorité la plus importante des Etats-Unis.

© 2012 AFP
Newsletter
La 13H

Votre point info
de la mi-journée

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr