Grèce: État d'urgence humanitaire

9 contributions
Publié le 20 juin 2012.

REPORTAGE - De plus en plus d'Hellènes sans emploi n'ont plus de quoi faire face...

De notre envoyée spéciale en Grèce,

Dans ce parc de la rue Sofocleous, dans le centre de la capitale, 1.500 Grecs attendent quotidiennement la soupe populaire distribuée par la municipalité d'Athènes. Il y a beaucoup de personnes âgées, ainsi que des hommes et des femmes comme Dionysos. Ce sont d'anciens employés, entrepreneurs ou même cadres, chômeurs ou retraités, brutalement déclassés par la crise. Certains ont encore un toit car la Grèce est un pays de propriétaires, mais ils n'ont plus de quoi se nourrir. Derrière son visage souriant et son polo hérité du passé, la misère noire de Dionysos est insoupçonnable. Sans emploi depuis six mois, il est hébergé par la municipalité: «Ici, c'est la jungle. Je n'ai pas de famille, je survis uniquement grâce aux organisations humanitaires.»

C'est le cas de plus en plus de Grecs. L'ONG Praksis compte 1.600 sans domicile fixe dans les rues d'Athènes et jusqu'à 20.000 personnes qui vivraient dans des appartements surpeuplés, parfois sans eau ni électricité. Depuis la fin 2011, l'ONG aide donc chaque mois 200 familles comptant au moins deux mineurs. «Nous payons leur loyer, leur eau, leur électricité, nous leur distribuons des coupons de supermarché et nous les aidons à trouver un emploi, explique Marie Halaka, de Praksis. Nous pensions qu'aider 200 familles suffirait, mais de plus en plus de familles grecques ne peuvent plus s'en sortir.»

Car nombreux sont ceux qui se retrouvent rapidement sans emploi et dans des situations intenables. Marie Halaka cite Amalia, ancienne infirmière de 50 ans, au chômage comme son fils, un graphiste de 24 ans, menacée d'expulsion de son appartement et qui n'a pas droit aux soupes populaires de l'Etat parce qu'elle doit 1.100 euros au fisc. Manolis, 55 ans, a dû fermer son magasin en 2009. Il a assuré à sa famille qu'il partait en Amérique, mais il vit en fait depuis deux ans à Athènes, là même où l'une de ses filles étudie. Honteux, il n'a jamais plus donné de nouvelles à ses proches.

Lucie Romano, à Athènes

un gouvernement pour ce mercredi ?

La constitution d'un gouvernement en Grèce est possible d'ici à ce « mercredi à la mi-journée », a déclaré mardi le socialiste Evangélos Vénizélos en marge d'une réunion entre responsables de partis politiques.Depuis les législatives remportées dimanche par la Nouvelle Démocratie (droite), les tractations portent sur le choix d'un Premier ministre.

Newsletter
La 13H

Votre point info
de la mi-journée

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr