Capture d'écran des images de vidéosurveillance du cybercafé où a été arrêté Luka Rocco Magnotta, le 4 juin 2012.
Capture d'écran des images de vidéosurveillance du cybercafé où a été arrêté Luka Rocco Magnotta, le 4 juin 2012. - 20 MINUTES

Julien Ménielle, avec AFP

Luka Rocco Magnotta va passer quelques jours dans les geôles berlinoises. «Le suspect va être présenté aujourd'hui au juge qui va lui confirmer sa mise en détention» et lui signifier les charges pesant contre lui, a indiqué à l'AFP un porte-parole du parquet, Martin Steltner. Après cette audittion à huis clos, le dépeceur canadien devra ensuite attendre que la procédure d'extradition vers le Canada aboutisse, ce qui pourrait prendre «quelques jours».

Le suspect a été confondu par ses empreintes digitales, ce qui a permis à la police allemande de confirmer son identité, lundi dans la soirée, selon le porte-parole. La justice allemande attend désormais les documents demandé au Canada pour l'extradition de Luka Rocco Magnotta. «On s'attend à ce que l'extradition soit validée», a estimé la même source, précisant que la procédure «durait habituellement quelques jours».

Basic instinct

Luka Rocco Magnotta est accusé de meurtre prémédité et d'outrage à cadavre. Il aurait, dans la nuit du 24 au 25 mai, tué et démembré Jun Lin, un étudiant chinois de 32 ans, avec qui il aurait eu une relation sexuelle. Il aurait ensuite pris soin de poster la vidéo sur le Web et d'envoyer des morceaux du corps par la poste à des partis politiques canadiens, avant de s'envoler pour Paris dans la nuit du 26 au 27 mai.

>> le témoignage des voisins de Luka Rocco Magnotta sur le vol Montréal-Paris est par ici.

Après quelques jours dans la capitale française, où sa présence a été signalée à de multiples reprises, Magnotta aurait pris vendredi un bus à destination de Berlin, sous l'identité de «K. Trammel», du nom de l"héroïne de Basic instinct, dont il s'est inspiré, poignardant notamment sa victime avec un pic à glace. Repéré dans un cybercafé, il a été arrêté lundi après-midi alors qu'il lisait des articles sur sa cavale, selon des témoins. Après avoir tenté de nier, il s'est avoué vaincu face aux policiers berlinois: «Vous m'avez eu».