Capture d'écran de l'avis de recherche de Luka Rocco Magnotta émis par la police de Montréal.
Capture d'écran de l'avis de recherche de Luka Rocco Magnotta émis par la police de Montréal. - 20 MINUTES

Il s’appelle Luka Rocco Magnotta, ou bien Eric Clinton Newman, ou encore Vladimir Romanov. Un mandat d'arrêt a été lancé au Canada puis par Interpol contre cet acteur de films porno de 29 ans, suspect dans l’affaire des membres humains envoyés par la poste à un parti politique. Le bonhomme n’est pas un inconnu sur Internet, où on l'accuse de faire l’apologie de la nécrophilie, du cannibalisme ou pour poster des vidéos dans lesquelles il tue des chatons. Selon la presse canadienne, il aurait fui le pays et pourrait se trouver en France.

«Nous semblons avoir affaire à un crisse de malade»

Mardi, un paquet contenant un pied humain en état de décomposition est arrivé au siège du Parti conservateur du Canada à Ottawa. Dans le même temps, Postes Canada a intercepté un colis adressé à un autre parti politique renfermant une main, tandis qu’un torse décapité a été retrouvé par la police de Montréal, dans une valise jetée sur un tas d’ordures. La police montréalaise pense que toutes les pièces pourraient appartenir au même macabre puzzle imaginé par Luka Rocco Magnotta.

Les policiers attendent les résultats de diverses analyses, mais leur enquête les a menés jusqu’à un petit appartement du quartier où la valise a été découverte, loué à un certain Rocco Magnotta. Le locataire étant introuvable, les lieux ont été perquisitionnés. «Ça sentait le diable là-dedans», a raconté à La Presse un voisin de palier. Les enquêteurs ont en effet découvert un appartement baigné d’une odeur de putréfaction, dans lequel se trouvait un lit maculé de sang. «Nous semblons avoir affaire à un crisse de malade», a commenté un policier canadien.

La vidéo du meurtre mise en ligne

Une vidéo, postée sur Facebook le 25 mai et toujours visible sur un site gore, corrobore ces dires. Le document de 10 minutes 45, authentifié par la police, montre le long et méthodique démembrement de la victime, baillonnée et aux yeux bandés. Le jeune homme, bras et jambes attachés aux quatre coins d’un lit, bouge au début de la vidéo. Le suspect le frappe d’abord au thorax à de multiples reprises avec un objet tranchant avant de découper ses membres, sa tête et de scarifier ses fesses, utilisant parfois un couteau et une fourchette.

Le tueur se filme dans des postures sexuelles avec les restes de sa victime, mime un acte sexuel avec le corps démembré et introduit une bouteille dans l'anus de la victime. Le tout sur «True Faith» de New Order en fond sonore et sous un poster du film Casablanca. A la fin de la vidéo, que 20 Minutes a consulté, un petit chien vient lécher le cadavre.

Internet et la rumeur

Le pedigree de Rocco Luka Magnotta l’accable. On lui prête une relation avec Karla Homolka, tueuse en série canadienne, ce que l’homme a démenti mais que la police cherche à vérifier. La rumeur, toujours elle, le présente comme un spécialiste du buzz sordide. En décembre 2010, une vidéo postée sur YouTube a scandalisé les défenseurs des animaux. On y voyait un homme placer des chatons dans un sac plastique avant d’en aspirer tout l’air et de filmer l’agonie des petits animaux. Des photos ont également circulé, montrant un homme simuler des relations sexuelles avec des chatons morts. Accusé, Luka Rocco Magnotta a une nouvelle fois nié.

Un blog au nom du suspect fait également l’apologie de la nécrophilie et du cannibalisme. Mais sur son site personnel, Luka Rocco Magnotta prévient: «Ce n’est pas parce que vous le lisez sur Internet que c’est la vérité». Les excentricités macabres attribuées au jeune homme trouvent cependant écho: Une fan page myspace lui est consacrée ainsi que de nombreuses pages Facebook. La vidéo du meurtre mise en ligne sur le réseau social a de son côté recueilli 600 «like» sur le réseau social, selon le Journal de Montréal. Qui qu’il soit, le tueur pourrait bientôt refaire parler de lui. Une note accompagnant le pied envoyé au Parti conservateur  indiquerait que l’homme a l'intention de tuer à nouveau.

Mots-clés :