Le président Barack Obama.
Le président Barack Obama. - YURI GRIPAS / REUTERS

Armelle Le Goff

Il est finalement sorti du placard. Mercredi, Barack Obama s'est déclaré en faveur du mariage de deux personnes du même sexe. « Il est important pour moi d'aller de l'avant et d'affirmer que des personnes du même sexe devraient être autorisées à se marier », a déclaré sur ABC News le président des Etats-Unis. Il a néanmoins souligné qu'il exprimait là une opinion personnelle. Mais pour le maire de New York, Michael Bloomberg, « le vent a tourné. (…) Avant, ce n'était pas bien d'être pour [le mariage homosexuel], maintenant, ce n'est pas bien d'être contre. »

Une question clivante
Il incombe toujours aux Etats de légiférer sur la question [six Etats sur cinquante ont déjà adopté le mariage gay], mais, comme le souligne Michael Bloomberg, « aucun président américain n'a soutenu une extension majeure des droits civiques qui n'ait pas été ultérieurement adoptée par le peuple américain. Et pour moi il ne fait aucun doute, le cas présent ne fera pas exception. » Reste que dans ce pays traversé par des courants très conservateurs, la question gay est très clivante : 50 % des Américains sont pour, contre 48 % qui se déclarent contre*.
A six mois de l'élection présidentielle, Barack Obama a-t-il pris un risque en affichant son opinion sur la question ? Pas vraiment. Parmi ses soutiens, il y a sans doute peu d'opposants à l'union des couples gay. En revanche, selon le Washington Post, au sein du camp démocrate, un donateur de sa campagne sur six est homosexuel.

Parti républicain

Le candidat du Parti républicain, le mormon Mitt Romney a précisé que le mariage devait rester l'union « entre un homme et une femme » et que sa position n'avait pas changé depuis 1996. En revanche, il s'est dit en faveur des unions civiles.