Un coffee shop aux Pays-Bas, le 28 novembre 2008.
Un coffee shop aux Pays-Bas, le 28 novembre 2008. - REUTERS/Jerry Lampen

Corentin Chauvel avec agences

Mise en place le 1er janvier dernier et jugée valide par un tribunal vendredi, la nouvelle loi sur les coffee shops des Pays-Bas va être officiellement appliquée mardi. En lançant la «carte cannabis», le gouvernement cherche à fortement limiter l’achat de cette drogue par les étrangers dans ces établissements où elle était jusqu’alors en vente libre.

Ce sont les trois provinces «les plus touchées par le tourisme de la drogue», selon le gouvernement néerlandais, qui verront la mesure appliquée dès mardi, soit le Limbourg, le Brabant-Nord et la Zélande, toutes situées au sud du royaume. Les autres régions seront concernées l’an prochain, pour un total de 670 coffee shops.

Inscription sur une liste

La loi impose désormais que seuls les habitants des localités où se trouvent les établissements, qu'ils soient Néerlandais ou d'une autre nationalité, seront autorisés à s'inscrire sur les listes, qui ne pourront pas dépasser 2.000 membres, âgés de plus de 18 ans, par coffee shop. Les autorités néerlandaises ont également prévu d'interdire leur présence à moins de 350 mètres des écoles à partir de 2014, ainsi que la vente de «skunk», une variété particulièrement puissante de cannabis.

Ces mesures interviennent alors que le crime lié au trafic est en augmentation aux Pays-Bas. Le gouvernement, qui a démissionné la semaine dernière, entendait également mettre fin aux nuisances, embouteillages, tapage nocturne et à la prolifération de vendeurs de drogue dans les rues, provoquée par la présence de nombreux étrangers venant s'approvisionner en cannabis.

Important manque à gagner

Dans la seule ville de Maastricht, proche des frontières belge et allemande, environ 1,4 million de «touristes de la drogue», principalement belges, allemands et français, se rendent chaque année dans les 14 coffee shops de la municipalité. Craignant un important manque à gagner, une dizaine de propriétaires de cafés et plusieurs groupes de pression avaient contesté cette mesure qualifiée de «discriminatoire» en justice, en vain.

De manière générale, la possession, la consommation et la vente au détail de moins de cinq grammes de cannabis dans les coffee shops sont tolérées aux Pays-Bas depuis 1976. La culture et la vente en gros, contrôlées par des groupes criminels, sont, elles, interdites.