Une photo de Maddie, enlevée le 3 mai 2007 au Portugal.
Une photo de Maddie, enlevée le 3 mai 2007 au Portugal. - N.MAGNIEZ / AFP

avec AFP

Les autorités portugaises ont mis en place une équipe de policiers chargée de réexaminer les éléments de l'enquête sur l'affaire Madeleine McCann, une fillette britannique disparue en 2007 dans le sud du Portugal, a indiqué la police judiciaire.

>> Tous nos articles sur l'affaire Maddie sont à retrouver par ici

«La direction nationale de la Police judiciaire a décidé, il y a environ un an, de constituer une équipe de travail (...) à qui il a été demandé de procéder à une nouvelle analyse des éléments recueillis pendant l'enquête sur la disparition de Madeleine McCann», a déclaré Pedro do Carmo, directeur national adjoint de la PJ.

«Eliminer le moindre doute sur la possibilité de trouver une réponse»

L'équipe d'enquêteurs qui appartient à la police judiciaire de Porto, dans le nord du Portugal, travaille en étroite collaboration avec Scotland Yard, a précisé le directeur. «L'objectif de cette démarche est d'éliminer le moindre doute sur la possibilité de trouver une réponse à une disparition qui aujourd'hui encore n'a pas été élucidée», a-t-il ajouté.

La petite Madeleine McCann, surnommée Maddie, avait disparu de sa chambre, dans un complexe touristique à Praia da Luz (sud du Portugal), le 3 mai 2007, quelques jours avant son quatrième anniversaire, alors que ses parents dînaient au restaurant non loin de là. Elle n'a jamais été retrouvée.

Enquête classée après 14 mois

La police portugaise a classé son enquête au bout de 14 mois mais les parents de l'enfant, Kate et Gerry McCann, ont obtenu en mai 2010 du Premier ministre britannique David Cameron que Scotland Yard réexamine les éléments du dossier. Le réexamen du dossier «est exactement ce que nous avons demandé. Nous avons l'espoir que ce réexamen débouche sur le réouverture de l'enquête», a estimé le couple McCann dans une note envoyée à l'agence de presse Lusa.

«Ce que les parents souhaitent avant tout c'est découvrir ce qui est arrivé à leur fille, caressant l'espoir de la retrouver en vie. Pour cela, il faut que les policiers ne cessent de la chercher, ni de suivre les pistes disponibles», a affirmé de son côté Rogerio Alves, l'avocat portugais des parents de la fillette.

La coopération entre la police de Porto et Scotland Yard «est effectué dans la plus grande discrétion et continuera ainsi», a dit en outre Pedro do Carmo ajoutant qu'«aucun délai» n'avait été fixé au travail des policiers portugais. Le fait de réexaminer un dossier classé «est une pratique habituelle au sein des polices d'investigation criminelle», a souligné le responsable de la police portugaise expliquant toutefois qu'il ne s'agissait pas d'une réouverture de l'enquête.