La Turquie n'exclut pas d'annexer purement et simplement le nord de Chypre si aucun accord n'est trouvé entre Chypriotes grecs et turcs sur la réunification de l'île divisée depuis 1974, a déclaré le ministre turc des Affaires européennes, Egemen Bagis.

Le président de la République de Chypre, Dimitris Christofias, et Dervis Eroglu, dirigeant de la «République turque de Chypre du Nord» (RTCN), uniquement reconnue par Ankara, n'ont guère fait de progrès dans les négociations en vue de réunifier l'île et le gouvernement turc ne cache pas sa frustration devant le manque d'avancées.

Les Chypriotes turcs hostiles à l'annexion

Dans une interview accordée à Londres au journal chypriote turc Kibris, Egemen Bagis souligne que son pays soutiendra tout accord conclu entre les deux parties mais qu'en cas de désaccord sur une réunification, d'autres scénarios sont possibles. Il évoque ainsi «une réunification après accord entre les deux dirigeants (chypriotes), la création de deux Etats indépendants après arrangement entre ces deux dirigeants si aucun accord n'est trouvé sur la réunification, ou alors l'annexion de la RTCN par la Turquie».

De nombreux Chypriotes turcs sont hostiles à l'annexion. Ozkan Yorganciogly, numéro un du CTP, principal parti d'opposition dans le nord de l'île, a déclaré à la chaîne de télévision turque NTV que cette idée était «inacceptable».

Mots-clés :