Au moins 14 personnes ont été tuées et une soixantaine blessées samedi soir dans une collision frontale entre deux trains qui se sont retrouvés sur la même voie à Szczekociny, dans le sud de la Pologne, la plus grave catastrophe ferroviaire dans ce pays depuis 1990.
Au moins 14 personnes ont été tuées et une soixantaine blessées samedi soir dans une collision frontale entre deux trains qui se sont retrouvés sur la même voie à Szczekociny, dans le sud de la Pologne, la plus grave catastrophe ferroviaire dans ce pays depuis 1990. - Andrzej Grygiel afp.com

© 2012 AFP

Une collision entre deux trains de voyageurs a fait 16 morts et une soixantaine de blessés, samedi soir à Chalupki, dans le sud de la Pologne, d'après la police.

Le président Bronislaw Komorowski a déclaré qu'il décréterait une période de deuil national à la suite de cette catastrophe ferroviaire, la plus grave depuis la mort de 16 personnes dans un accident à Varsovie en 1990.

«L'étendue de ce désastre est suffisamment large pour justifier un deuil national», a-t-il expliqué lors d'un déplacement sur les lieux du drame.

Les trains étaient sur la même voie

Parmi les blessés légers se trouvent des Ukrainiens. Des Espagnols et des Français se trouvaient également à bord des deux trains mais apparemment aucun n'a été blessé. Au total, environ 350 personnes se trouvaient à bords des deux trains au moment de l'accident, ont indiqué les chemins de fer polonais. La collision entre un train assurant le trajet Varsovie-Cracovie et un autre celui de Przemysl-Varsovie, qui se sont retrouvés sur la même voie, a eu lieu vers 21H00, selon la société des chemins de fer polonais.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les raisons de l'accident qui n'étaient toujours pas élucidées dimanche matin. Il s'est produit sur un tronçon de la voie ferrée qui a été récemment modernisé, selon le ministre des Transports, Slawomir Nowak.

Conditions de sauvetage difficiles

Les images des télévisions polonaises ont montré deux locomotives et trois wagons encastrés les uns dans les autres.

«Je peux dire que l'étape de l'opération consistant à évacuer les blessés a été terminée», a déclaré Pawel Fratczak. «Nous avons dépêchés sur place six chiens renifleurs spécialisés dans la recherche de personnes vivantes et aussi de corps de victimes mortelles. Les chiens n'ont plus rien signalé. Nous serons certains à 100% seulement quand le lieu de l'accident sera libéré de tout débris mais gardons la foi que le bilan de l'accident ne changera plus», a-t-il ajouté.

Les services de secours s'activaient toujours sur le terrain dimanche matin pour préparer les débris des locomotives et des voitures à enlever du lieu d'accident. «Les conditions sont très difficiles. Il faut couper les éléments fracassés», a commenté Grzegorz Widawski, un pompier. Au total, 450 pompiers, des secourises et une centaine de policiers ont participé aux opérations de sauvetage.