Le froid pourrait durer jusqu'à fin février en Europe

0 contributions
Publié le 8 février 2012.

L'Europe, touchée par une vague de froid inédite depuis des décennies, pourrait continuer à grelotter jusqu'à la fin du mois de février, estiment les météorologistes laissant craindre une tension sur les prix du gaz. L'air polaire venu du nord de la Russie se conjugue avec de hautes pressions barométriques et empêche l'air plus doux en provenance de l'Atlantique de venir réchauffer le continent soumis à des températures inférieures à zéro depuis dix jours. Comme le rappelle le météorologiste Georg Müller, l'Europe n'a pas connu une vague de froid de cette ampleur depuis 1986.

Plusieurs responsables de l'Organisation mondiale de la météorologie (OMM), s'exprimant lors d'une réunion à Genève cette semaine, n'excluent pas que le froid persiste jusqu'à la fin du mois. "Nous avons une forte certitude d'assister à un changement mi-février mais pas pour un temps plus doux", dit Leon Brown, présentateur sur The Weather Channel en Grande-Bretagne.

«Oscillation arctique négative»

"Nous nous attendons à une coulée plus froide en provenance de l'Arctique avec des vents du nord, alors que la dorsale barométrique décline en direction de l'est vers la Russie. Février va probablement rester froid jusqu'à la fin du mois", a-t-il dit. La différence de pression entre l'Europe et l'Arctique, connu sous le nom "d'oscillation arctique négative", responsable de la vague de froid, ne retrouvera son équilibre que dans un délai de deux à trois semaines, estime Omar Baddour, coordinateur du programme de collecte des données de l'OMM.

Le phénomène anticyclonique actuel n'est pas inhabituel en soi mais les prévisionnistes ont été surpris par la brutalité de la chute des températures après un hiver jusque-là doux. "La manière dont l'hiver s'est installé est assez unique et un peu étonnante", reconnaît Brown. "Il est inhabituel de le voir s'installer aussi brusquement et devenir persistant vers la fin janvier et le début février", a-t-il ajouté. Même les modèles informatiques ont du mal à établir des prévisions pour déterminer quand le système anticyclonique va quitter l'Europe, a-t-il conclu.

Reuters
Mots-clés
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité

publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr