Un manifestant à Homs, en Syrie, le 27 décembre 2011.
Un manifestant à Homs, en Syrie, le 27 décembre 2011. - AFP

Reuters

Plus de 200 personnes ont péri dans des bombardements de la ville de Homs par les forces armées syriennes, rapporte vendredi soir l'Observatoire syrien pour les droits de l'homme. Selon l'OSDH, basé à Londres, les forces armées syriennes tirent au mortier contre ce haut lieu de la contestation contre le régime de Bachar al Assad. Le quartier de Khalidya serait particulièrement visé par les bombardements.

«Le bilan est désormais d'au moins 217 personnes tuées à Homs, dont 138 dans le quartier de Khalidya», a déclaré à Reuters Rami Abdulrahman, qui dirige l'Observatoire. Les témoins cités par l'OSDH font également état de plusieurs centaines de blessés. Aucune confirmation n'est possible, le pouvoir syrien ayant restreint l'activité des médias indépendants en Syrie. «Les forces syriennes bombardent ce quartier au mortier depuis plusieurs endroits. Des bâtiments sont en flamme, d'autres ont été détruits», a ajouté le directeur de l'OSDH.

Réunion samedi, la position de Moscou déterminante

Ce nouvel accès de violences intervient alors que le Conseil de sécurité des Nations unies s'apprête à se réunir ce samedi pour tenter d'adopter un projet de résolution soutenant le plan de sortie de crise de la Ligue arabe, qui appelle Bachar al Assad à se démettre de ses fonctions.

La réunion devait débuter à 10h00 (16h00 en France), mais la Russie a demandé à ce qu'elle soit repoussée de deux heures.

Des diplomates reconnaissent qu'ils ignorent si la Russie votera le texte, s'abstiendra ou opposera son veto, comme elle l'a fait début octobre avec la Chine sur un précédent projet de résolution qui aurait condamné la répression en cours en Syrie depuis mars de l'année dernière.

Sur son compte Twitter, la délégation française à l'Onu a dit espérer que tous les membres du Conseil de sécurité voteraient en faveur de la résolution et apporteraient leur soutien à l'initiative de paix de la Ligue arabe.