Le président russe Dmitri Medvedev a reconnu dimanche l'existence de meurtres à caractère politique dans son pays, après une série d'assassinats non élucidés notamment de journalistes.
Le président russe Dmitri Medvedev a reconnu dimanche l'existence de meurtres à caractère politique dans son pays, après une série d'assassinats non élucidés notamment de journalistes. - Vladimir Rodionov AFP

M.P. avec Reuters

A quelques mois de l’élection présidentielle et alors que la contestation monte après des résultats contestés aux législatives, Dmitri Medvedev lâche du lest. Lors de son discours sur l’état de la Nation devant le Parlement, il a promis une grande réforme du système politique russe, annonçant que les gouverneurs régionaux, actuellement nommés par le Kremlin, seront élus au scrutin direct.

«Je propose une réforme globale de notre système politique (...). Nous devons donner à tous les citoyens actifs la possibilité légale de participer à la vie politique», a-t-il estimé dans son discours.

C’est la première proposition faite par l’exécutif russe depuis les grandes manifestations d'opposition à Vladimir Poutine qui ont suivi les élections législatives du 4 décembre.