Prison à vie pour Zacarias Moussaoui

Zacarias Moussaoui sauve sa tête. Après sept jours et quelque quarante heures de délibérations, les jurés du tribunal d'Alexandria (Virginie, est des Etats-Unis) ont recommandé la prison à vie pour le Français accusé de complicité dans les attentats ...

©2006 20 minutes

— 

Zacarias Moussaoui sauve sa tête. Après sept jours et quelque quarante heures de délibérations, les jurés du tribunal d'Alexandria (Virginie, est des Etats-Unis) ont recommandé la prison à vie pour le Français accusé de complicité dans les attentats du 11 Septembre 2001, qui ont fait près de 3000 morts aux Etats-Unis. Zacarias Moussaoui échappe donc à la peine capitale et devrait être transféré dès aujourd'hui dans la prison fédérale de haute sécurité de Florence, dans le Colorado (Ouest), où il devrait finir ses jours, à moins que la France ne convainque les Américains de le laisser purger sa peine dans l'Hexagone. Après l'annonce du verdict, Moussaoui a crié : « Amérique, tu as perdu, j'ai gagné. »

Agé de 37 ans, le Français a tout fait pour recevoir l'injection létale. Il aurait préféré devenir un martyr de « la cause » plutôt que de finir ses jours en prison. Il a notamment récusé ses avocats et proclamé haut et fort, en plein tribunal, qu'il avait participé aux attentats comme l'accusation avait tenté de le prouver. Mais les jurés ont visiblement été sensibles aux thèses de la défense, qui a présenté vingt-trois circonstances atténuantes. Deux d'entre elles ont dû peser dans leur décision : le témoignage de leaders d'Al-Qaida affirmant que Moussaoui n'était pas « fiable » et n'avait pas participé aux attaques ; les expertises psychiatriques tendant à prouver que le prévenu est schizophrène.

Ceux qui voulaient répondre au sang par le sang devront donc attendre. Moussaoui est en effet le seul jusqu'à présent à avoir été jugé aux Etats-Unis. Le cerveau présumé des attentats, Khaled Cheikh Mohammed, numéro trois d'Al-Qaida, a été capturé en mars 2003, mais reste détenu dans une prison américaine secrète. Ramzi bin al-Shaiba, planificateur supposé, capturé en 2002, est dans la même situation.

C. Lemaistre (avec AFP)

Mots-clés :

Aucun mot-clé.