La Syrie est «au bord du gouffre», selon le Premier ministre turc Erdogan

Reuters

— 

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a estimé ce mardi que le régime syrien était «au bord du gouffre» et a exigé de la part de Damas de nouvelles excuses pour les attaques contre des représentations diplomatiques turques en Syrie.

«Personne ne s'attend désormais à ce que les exigences du peuple (syrien) soient comblées. Nous voulons tous que le gouvernement syrien, qui est aujourd'hui au bord du gouffre, fasse un pas en arrière», a déclaré le chef du gouvernement lors d'une réunion de son parti. La Turquie, après avoir longtemps courtisé le régime de Bachar al Assad, dit aujourd'hui ne plus faire confiance à Damas et se tenir aux côtés du peuple «dans sa lutte légitime» contre le président syrien, contesté depuis huit mois.

Excuses attendues

Signe des tensions entre les deux pays voisins, des foules armées de bâtons et de couteaux ont attaqué des missions diplomatiques turques en Syrie au cours du week-end et brâlé le drapeau turc. «Je condamne à nouveau avec fermeté les attaques contre des responsables turcs et contre le drapeau turc. Nous attendons du gouvernement syrien qu'il prenne immédiatement toutes les mesures nécessaires pour s'excuser», a déclaré Erdogan.

Le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid al Moualem, a présenté lundi les excuses de son gouvernement pour ces attaques, qui ont également visé l'ambassade d'Arabie saoudite et une représentation diplomatique française. Mais le Premier ministre turc ne s'en est visiblement pas contenté. «Bachar, tu te dois de punir ceux qui ont attaqué le drapeau turc. Nous voulons que le gouvernement syrien respecte non seulement les Turcs en Turquie et le drapeau turc mais aussi son propre peuple, nous y tenons particulièrement», a-t-il dit.