Un Libyen tient une photo de la dépouille de Kadhafi, le 20 octobre 2011.
Un Libyen tient une photo de la dépouille de Kadhafi, le 20 octobre 2011. - A.M AL-FERGANY/AP/SIPA

Avec Reuters

Tabassé puis exécuté ou tué par une balle perdue? Comme Ben Laden, Saddam Hussein ou Ceaușescu avant lui, Mouammar Kadhafi a connu une fin brutale, jeudi. Mais les circonstances de sa mort restent troubles. Après plus de 40 ans de règne et quelques mois d'une partie de cache cache avec les forces rebelles, il serait mort d'une blessure par balle à la tête reçue lors d'une fusillade entre ses gardes et les combattants du Conseil national de transition (CNT), a déclaré dans la soirée le chef du gouvernement du CNT, Mahmoud Djibril.

«Kadhafi a été sorti d'une conduite d'évacuation. Il n'a opposé aucune résistance. Quand nous avons commencé à l'emmener, il a été touché par une balle dans le bras droit et quand nous l'avons placé dans un camion, il n'avait pas d'autres blessures», a déclaré Djibril lors d'une conférence de presse à Tripoli, lisant le rapport d'un médecin légiste. «Le véhicule, quand il s'est mis en route, a été pris dans une fusillade entre les révolutionnaires et les forces de Kadhafi qui a été touché d'une balle dans la tête. Le médecin légiste ne peut dire si la balle venait des révolutionnaires ou des forces de Kadhafi», a ajouté Mahmoud Djibril. Kadhafi est mort quelques minutes avant d'être admis à l'hôpital, a-t-il dit.

 

Selon le CNT, aucun ordre de tuer Kadhafi n'avait été donné. Malgré tout, cette version officielle est contredite par une source haut-placée du CNT, qui se confie à Reuters: «Ils (les soldats) l'ont capturé vivant et alors qu'il allait être transporté, ils l'ont tabassé et ensuite ils l'ont tué», affirme-t-elle.

 

Dans la soirée, une nouvelle vidéo montrant son cadavre a été diffusée. Attention, ces images sont violentes et peuvent choquer :

 

 

L'un des fils Kadhafi, Moutassim, a également été tué, tandis que le sort de Saïf al Islam était plus incertain.

Tombé à Syrte, liesse populaire

Kadhafi était en fuite depuis la prise de Tripoli par les forces du CNT le 23 août. Il a été mortellement blessé alors qu'il tentait de fuir Syrte, sa ville natale. Selon plusieurs sources, il a tenté de quitter sa cache à l'aube dans un convoi de véhicules. Il semble avoir été arrêté par un raid de l'Otan auquel participait un avion français et capturé, peut-être trois ou quatre heures plus tard, après des combats avec des hommes du CNT. Ceux-ci l'auraient trouvé dissimulé dans une conduite d'évacuation des eaux usées. La chaîne Al Djazira a diffusé des images de Kadhafi alors qu'il était encore en vie, entouré de combattants du CNT. Attention, ces images sont violentes et peuvent choquer :

 

Dans les grandes villes du pays, les Libyens ont fêté la nouvelle en tirant en l'air et en agitant le nouveau drapeau national, rouge, noir et vert. Les combattants du CNT fêtaient la prise de Syrte, montrant fièrement un pistolet en or qu'ils disaient avoir volé à l'ancien autocrate. Les derniers résistants de Syrte, port de pêche dont Mouammar Kadhafi voulait faire la nouvelle «capitale de l'Afrique, ont rendu les armes dans la matinée».

 

Fin de la mission de l'Otan imminente, la communauté internationale se réjouit

L'Otan a exhorté les Libyens à mettre de côté leurs divisions et annoncé qu'elle mettrait fin à son intervention en Libye en coordination avec les Nations unies et le Conseil national de transition. Selon ce dernier, la «libération» de la Libye, sera prononcée samedi à Benghazi, la grande ville de l'Est libyen d'où le soulèvement contre l'ex-guide de la révolution a débuté en février dernier.

 

Dans le monde entier, la mort du leader a été accueillie avec soulagement. Barack Obama s'est félicité de la fin d'un «règne brutal», estimant que cela devait servir de leçon aux autres dictateurs. Ban Qi-moon, lui, a salué «ce jour qui marque une transition historique pour la Libye».