La tension reste vive au Kosovo, notamment à Mitrovica, où la population d'origine serbe a renforcé ses barrages jeudi tandis que la force de maintien de la paix de l'Otan, la Kfor, est déployée en nombre au surlendemain de violents affrontements.

Des Serbes ont dressé des barrages sur les routes pour empêcher le gouvernement issu de la majorité albanophone d'étendre son autorité dans le nord du Kosovo.

La Kfor a démantelé mardi l'une de ces barricades près du poste frontière de Jarinje menant à la Serbie. Cette intervention a provoqué des affrontements avec des manifestants serbes, dont 16 ont été blessés. Quatre membres de la Kfor ont aussi été touchés. De nouveaux incidents ont éclaté mercredi et les forces de l'Otan maintiennent depuis lors une présence importante dans les rues. Plusieurs dizaines de soldats de la Kfor étaient postés jeudi dans des véhicules blindés près du pont principal de Mitrovica et près du poste-frontière de Jarinje.

Les Serbes ont pour leur part acheminé des camions remplis de pierres pour renforcer leurs barrages sur les ponts enjambant l'Ibar, qui divise Mitrovica entre une partie serbe au Nord et des quartiers peuplés d'Albanais de souche au Sud.

Les extrémistes serbes soupçonnés

Krstimir Pantic, le maire de la partie nord de Mitrovica, a déclaré que les Serbes tenteraient d'éviter de nouvelles violences. «Même si la Kfor fait usage de la force, nous résisterons pacifiquement», a-t-il dit à Reuters.  Dans un communiqué, l'Otan accuse des extrémistes serbes d'être à l'origine des violences de mardi à Jarinje et elle prévient qu'elle emploiera la force pour protéger ses troupes.

Le Kosovo a proclamé en 2008 son indépendance vis-à-vis de la Serbie et il a été reconnu comme Etat indépendant par plus de 80 pays, mais pas par Belgrade.

Les violences de mardi ont conduit les autorités serbes à suspendre des pourparlers avec des responsables kosovars, menés sous l'égide de l'Union européenne, et destinés à renforcer leur coopération dans divers domaines.

La Serbie devrait obtenir en octobre le statut de candidate à l'adhésion à l'Union européenne mais Bruxelles réclame une amélioration de ses relations avec le Kosovo pour engager des négociations.
 

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé