Cette page est actualisée en temps réel : cliquez ici pour mettre à jour.



>> Ce live est désormais terminé. Pour retrouver la synthèse des événements de la journée, cliquez ici

21h22: Vidéo, Kadhafi appelle à la lutte armée pour vaincre les «ennemis»
20h19: L'identité des tueurs de Younès connue mais tenue secrète
Le Conseil national de transition (CNT), qui chapeaute l'insurrection libyenne, sait qui a tué le chef militaire des rebelles mais ne divulguera pas pour le moment l'identité des assassins, de crainte que cela ne cause du tort à la révolution en cours, a déclaré le président du CNT, Moustafa Abdeldjeïl. Abdel Fattah Younès, ancien haut responsable des services de sécurité de Mouammar Kadhafi, a été tué le 28 juillet. «Ils seront arrêtés lorsque cela ne causera plus de tort aux intérêts supérieurs de la révolution», a-t-il ajouté.

20h15: Vidéo, le colonel Kadhafi reste invisible mais appelle à défendre Tripoli
19h58: Les insurgés à l'assaut du quartier d'Abou Salim à Tripoli
Les insurgés libyens ont donné l'assaut au quartier d'Abou Salim, l'un des derniers fiefs des forces de Mouammar Kadhafi dans la capitale Tripoli, dans la foulée d'un raid aérien de l'Otan contre un bâtiment de ce secteur, a constaté un correspondant de Reuters. Les insurgés fouillaient les habitations pour en chasser les tireurs embusqués et ont fait des dizaines de prisonniers, a indiqué ce correspondant en ajoutant que les fusillades se poursuivaient dans la soirée.
19h38: Enormes stocks de vivres et de médicaments découverts à Tripoli
Les insurgés libyens ont découvert de gigantesques stocks de vivres et de médicaments amassés par le régime de Mouammar Kadhafi à Tripoli, ce qui va considérablement atténuer les pénuries dont souffre la Libye, a déclaré le Conseil national de transition (CNT). Il y a dans les stocks découverts à Tripoli de quoi nourrir quatre millions d'habitants pendant une année entière, et suffisamment de médicaments pour tout le pays pendant un an, a-t-il précisé. «Mouammar Kadhafi a intentionnellement empêché les Libyens d'accéder à ces stocks, les maintenant dans la faim», a-t-il déclaré. En outre, a-t-il indiqué, une «grande quantité» de carburant a été découverte dans la raffinerie de pétrole de Zaouïah, ville côtière à 50 km à l'ouest de la capitale, tombée entre les mains des insurgés ce mois-ci.

19h10: Alger compte sur le CNT libyen pour combattre Al Qaïda
L'Algérie s'abstient pour le moment de reconnaître le Conseil national de transition (CNT) comme la nouvelle instance dirigeante de la Libye et souhaite le voir s'engager avec vigueur contre Al Qaïda au Maghreb, a-t-on déclaré à Reuters de source gouvernementale. Ce message met en évidence des tensions entre l'Algérie et certains dirigeants rebelles qui ont récemment accusé Alger de soutenir le colonel Mouammar Kadhafi dans la guerre civile libyenne - ce que les autorités algériennes ont démenti.

18h47: La moitié des dirigeants du Conseil national de transition (CNT) est arrivée à Tripoli. Ils souhaitent entamer le processus de transition, selon un porte-parole, cité par l'AFP
18h33: Le groupe de contact veut débloquer rapidement des fonds
Le groupe de contact international sur la Libye, réuni aujourd'hui à Istanbul, veut débloquer rapidement pour les rebelles des avoirs libyens gelés depuis plusieurs mois en raison de la guerre civile. Les puissances internationales ajoutent que les efforts internationaux pour reconstruire la Libye après le conflit devront être menés par les Nations unies, que le groupe invite à voter le plus rapidement possible une résolution sur le déblocage des avoirs libyens.

18h18: Si la piste menant à Kadhafi se refroidit, sa traque sera longue
Ceux qui traquent Mouammar Kadhafi doivent le retrouver très vite au risque sinon, disent les experts, de s'exposer à une tâche de longue haleine. Trouver un homme dans un pays désertique trois fois grand comme la France est un défi de taille. Mouammar Kadhafi ne dispose pas seulement de ressources matérielles. Il conserve aussi dans plusieurs régions des compagnons de lutte prêts à mourir pour lui et dispose du soutien de tribus amies dans le Sud et de communautés nomades dans le Sahel. «Le meilleur moment pour arrêter des dirigeants battus, c'est immédiatement après la fin du conflit», explique Paddy Ashdown, ancien responsable de l'Onu en Bosnie. «Plus ça dure, plus ils ont des chances de disparaître dans un endroit où il sera bien plus difficile de les trouver, comme on l'a vu avec Saddam Hussein, Oussama ben Laden, (Radovan) Karadzic et (Ratko) Mladic», ajoute-t-il (Reuters).                           

18h14: L'ancien Premier ministre libyen, Abdul Salam Jalloud, qui a fait défection en août, s'exprime à Rome. Selon la BBC, il a remercié l'Italie, la France et la Grande-Bretagne pour leur soutien
18h09: Un marin-pêcheur tunisien a été tué par une balle perdue près de la frontière maritime avec la Libye
L'homme, âgé de 42 ans, se trouvait sur son bateau avec trois autres pêcheurs non loin du port tunisien de Ktef quand une fusillade a éclaté entre un navire des forces pro-Kadhafi et des rebelles libyens qui évacuaient un blessé sur un canot pneumatique. L'agence de presse officielle tunisienne TAP ne précise pas si l'accrochage s'est produit dans les eaux territoriales tunisiennes ou libyennes. Le port de Ktef se trouve à quelques kilomètres du poste-frontière de Ras Djdir.
17h46: La chaine loyaliste, Al Orouba, diffuse un discours de Mouammar Kadhafi. Ce dernier appelle les tribus à combattre «l'intervention étrangère» et à «détruire» les forces rebelles à Tripoli
Le «guide», qui n'apparaît pas, affirme dans ce court message audio que ses partisans constituent «la majorité écrasante» de la population libyenne et leur demande de marcher sur Tripoli avec femmes et enfants pour «purifier» la ville des «rats, des croisés et des infidèles». «La Libye est au peuple libyen et non aux agents (étrangers), à l'impérialisme, à la France, à Sarkozy, à l'Italie.»

17h30: Le conflit libyen aurait déjà coûté la vie à plus de 20.000 personnes, selon un dirigeant rebelle, cité par l'AFP

16h50: Les insurgés luttent contre les dernières poches de résistance, par l'AFP
15h30: La production de pétrole d'ENI en Libye reprendra d'ici six mois
Le PDG du groupe pétrolier italien Ente Nazionale Idrocarburi (ENI), Paolo Scaroni, estime que sa production de pétrole en Libye reprendra d'ici six à dix-huit mois, en fonction des gisements. «Cela va prendre du temps. Je dirais six à dix-huit mois» a-t-il déclaré jeudi à l'issue d'une réunion entre le président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, et le Premier ministre du Conseil national de transition libyen, Mahmoud Djibril. La priorité d'ENI, a ajouté Paolo Scaroni, est de faire en sorte que son gaz libyen se remette à circuler et il a réaffirmé n'avoir aucune inquietude concernant les contrats d'ENI en Libye. Au cours de la réunion, la possibilité de nouveaux contrats n'a pas été évoquée, a-t-il encore dit.

15h24: Des combattants rebelles pensent avoir localisé Mouammar Kadhafi à Tripoli
Des combattants rebelles qui assiègent jeudi un bloc d'immeubles près de la caserne Bab al Aziziah, l'ancien QG de Mouammar Kadhafi à Tripoli, pensent y avoir pris au piège le «guide» libyen et certains de ses fils. Les tirs se poursuivent entre insurgés et loyalistes autour de ces immeubles. «Ils (Kadhafi et ses fils) sont ensemble. Ils sont dans un petit trou», a dit l'un des rebelles engagés dans les combats, Mouhammad Gomaa. «Aujourd'hui, nous en aurons fini», a-t-il ajouté.

15h10: Des combats autour de l'hôtel Corinthia à Tripoli
Des combats ont éclaté en milieu de journée autour de l'hôtel Corinthia, dans le centre de Tripoli, où des combattants rebelles ont pris position sur le toit pour répondre à des tireurs pro-Kadhafi postés dans des immeubles voisins. Au sol, les insurgés tirent au canon anti-aérien et au lance-roquettes pour neutraliser des snipers fidèles au «guide» libyen. Les rebelles postés sur le toit de l'hôtel font usage d'armes automatiques pour tenter de neutraliser leurs adversaires. L'hôtel Corinthia est situé à un kilomètre et demi de la «place Verte», renommée «place des Martyrs» par les insurgés, et en face de l'ancienne médina, la vieille ville.

15h09: Des combattants pro-Kadhafi tués dans un camp militaire de Tripoli
Une trentaine de combattants pro-Kadhafi, aux moins deux d'entre eux les mains liées, ont été tués dans un camp militaire du centre de Tripoli, a rapporté un journaliste de Reuters. Ce dernier a déclaré avoir vu les corps criblés de balles dans un secteur de la capitale qui a été âprement disputé entre forces loyalistes et insurgés.

14h24: Le point sur les combats en dehors de Tripoli et Syrte
A l'est, les hommes de Mouammar Kadhafi ont battu en retraite des ports pétroliers de Brega et Ras Lanouf et se trouvent dans une zone apppelée la Vallée rouge, à 120 km de Syrte, a déclaré un porte-parole rebelle. A l'ouest de Syrte, les rebelles de Misrata progressent et sont maintenant à une cinquantaine de kilomètres de la ville, a-t-il ajouté. «Nous arrivons des deux côtés et nous ne leur laissons qu'un côté, le sud, pour fuir vers Sabha», a-t-il dit. Sabha est une ville du désert où Mouammar Kadhafi est réputé disposer d'un fort soutien. Elle est déjà le théâtre de combats entre insurgés et loyalistes. «Tout Sabha ne soutient pas Kadhafi. Certains quartiers sont contre lui donc ils (les loyalistes) attaquent ces quartiers», a indiqué le porte-parole.

14h21: Les insurgés à l'assaut de Syrte
Les rebelles libyens vont tenter d'encercler Syrte, dernier bastion de Mouammar Kadhafi sur la côte méditerranéenne, a déclaré un porte-parole des insurgés. Les combattants rebelles approchent de la ville par l'est et l'ouest et espèrent obtenir la reddition des soldats qui la défendent encore. Mais les forces loyalistes de la ville, située 450 km à l'est de Tripoli, ont juré de se battre jusqu'à la mort, a concédé Mohammed Zaouaoui, porte-parole des rebelles. Syrte, ville de 100.000 habitants dont de nombreux membres de la tribu de Kadhafi, est l'une des caches possibles du colonel libyen qui ne contrôle plus qu'une infime partie du pays. Les représentants dans la région du Conseil national de transition (CNT) ont tenté de négocier avec les défenseurs de la ville mais les problèmes de communication freinent ces pourparlers. Syrte est privée d'électricité et de téléphone depuis plusieurs jours et ne reçoit plus de vivres, a déclaré le représentant des rebelles sur place, Hassan Droï. «Il n'y a aucun progrès dans les négociations. Nous attendons toujours», a-t-il dit.

13h52: L'Italie commence à débloquer des avoirs libyens gelés
L'Italie a commencé à débloquer 350 millions d'euros d'avoirs libyens qui étaient gelés dans des banques italiennes en raison de la guerre civile, a annoncé le président du Conseil Silvio Berlusconi. Le groupe pétrolier et gazier Eni, le plus important opérateur étranger en Libye dans le domaine énergétique, doit signer un accord sur la fourniture gracieuse d'une «grande» quantité de gaz et de pétrole à la Libye afin de répondre aux besoins les plus immédiats de la population, a ajouté le chef du gouvernement. Cet accord sera probablement signé lundi prochain à Benghazi, a poursuivi Silvio Berlusconi (Reuters).

13h21: Le bateau de l'OIM finalement autorisé à accoster à Tripoli
Un bateau envoyé par l'Organisation internationale des migrations (OIM) pour évacuer des étrangers souhaitant quitter Tripoli a reçu la permission d'accoster après deux jours d'attente, a annoncé l'OIM. Les rebelles libyens avaient demandé mardi au bateau de secours de ne pas accoster en raison des conditions précaires de sécurité. Selon l'OIM, plus de 5.000 personnes, essentiellement des Philippins, Bangladais et Egyptiens, ont demandé à être secourus. La difficulté sera d'amener les étrangers jusqu'au port et de les faire passer à bord en toute sécurité. Le navire, d'une capacité de 300 places, devrait embarquer des Philippins et des Egyptiens, qui seront conduits de leur ambassade respective ou récupérés par des véhicules de l'OIM. L'ambassade des Philippines est à 15 km du port. Un deuxième bateau pouvant accueillir 1.000 passagers pourrait arriver vendredi. L'OIM a évacué 10.000 étrangers de Libye depuis le début du conflit armé il y a six mois.

13h05: 17 corps de civils retrouvés dans le QG de Kadhafi
Un hôpital de Tripoli a reçu les corps de 17 civils qui auraient été exécutés par des soldats kadhafistes dans le complexe de Bab al Aziziah, a déclaré un médecin britannique. «Mercredi, un camion est arrivé à l'hôpital avec 17 corps», a indiqué Kirsty Campbell, de l'International Medical Corps (IMC). «Ces gens avaient été arrêtés il y a dix jours. Ils ont été trouvés à Bab al Aziziah quand les insurgés sont entrés à l'intérieur. Ils ont été tués lors d'une exécution», a-t-elle dit.

12h23: Des rebelles de Misrata viennent en renfort à Tripoli, par l'AFP
12h11: Libération des quatre journalistes italiens enlevés mercredi
Quatre journalistes italiens enlevés mercredi près de la ville libyenne de Zaouïah, à 50 km à l'ouest de Tripoli, ont été libérés, rapporte le Corriere della Sera. Deux de ces journalistes travaillent pour le Corriere della Sera, un pour La Stampa et le quatrième pour Avvenire, le journal de l'épiscopat italien. Ils avaient été attaqués mercredi matin sur la route côtière par des hommes armés qui avaient tué leur chauffeur. Ils avaient ensuite été remis à un autre groupe, probablement des partisans de Mouammar Kadhafi, et conduits dans un appartement de Tripoli.

12h03: La Ligue arabe reconnaît le Conseil national de transition (CNT) comme le représentant légitime du peuple libyen
«Nous sommes convenus que le moment est venu pour la Libye de reprendre son siège et sa place légitime au sein de la Ligue arabe. Le CNT sera le représentant légitime de l'Etat libyen», a déclaré le secrétaire général de la ligue Nabil Elaraby. Le représentant du CNT, Abdelmomein el Houni, a indiqué que la Libye reprendrait sa place de membre de la Ligue à l'occasion d'une réunion ministérielle samedi.

11h48: La libération de Tripoli se poursuit, par France 24
11h21: Les insurgés ont manqué Mouammar Kadhafi de peu mercredi matin
Les insurgés ont été à deux doigts de mettre la main sur le dirigeant libyen mercredi matin, rapporte Paris Match ce jeudi. Une source fiable leur a permis de localiser «une maison discrète, sans ostentation ni confort, située en plein cœur de Tripoli où Mouammar Khadafi a passé au moins une nuit», indique le site de l'hebdomadaire. Manque de chance, lorsque le commando rebelle investit la maison, Mouammar Kadhafi n'y était plus mais «des preuves attestant du passage de l'ancien tyran y ont été retrouvées».

9h28: Kadhafi va-t-il utiliser son or pour semer la pagaille?
C'est ce que prédit l'ancien gouverneur de la banque centrale libyenne dans le Corriere della Sera, cité par la BBC. Mouammar Kadhafi pourrait tenter de vendre ses réserves d'or afin de s'assurer une protection et semer le chaos parmi les tribus locales. Farhat Bengdara a raconté au quotidien italien que, récemment, un allié du dirigeant libyen avait reçu 25 tonnes d'or en cadeau.

9h25: Les insurgés ont installé leur QG dans celui repris à Kadhafi, par Al-Jazira



9h18: Les insurgés libyens traquent Mouammar Kadhafi, par l'AFP
9h17: Les journalistes «otages» de l'hôtel Rixos ont été libérés, par l'AFP
8h59: L'Otan aide les insurgés dans la traque de Kadhafi
L'Otan apporte son aide en matière de renseignement et de reconnaissance aux rebelles libyens pour mettre la main sur Mouammar Kadhafi et ses fils, a indiqué jeudi le ministre britannique de la Défense. «Je peux confirmer que l'Otan apporte une aide en terme de renseignements et de reconnaissance au Conseil national de transition (CNT) afin de les aider à capturer le colonel Kadhafi et ce qui reste du régime», a déclaré Liam Fox à la chaîne Sky News. Il a en revanche refusé de commenter une information parue dans le Daily Telegraph faisant état de la présence de forces spéciales britanniques sur le sol libyen pour participer à la traque du «Guide» libyen. Mouammar Kadhafi est toujours introuvable et les insurgés ont promis une récompense de 1,3 million de dollars pour sa capture mort ou vif.

8h36: Le CNT réclame cinq milliards de dollars immédiatement
Le Conseil national de transition (CNT) en Libye souhaite obtenir d'ici fin août le versement de cinq milliards de dollars d'avoirs libyens gelés à l'étranger afin de relancer l'économie du pays, a déclaré mercredi un représentant des insurgés. Cette somme est le double de la précédente estimation des besoins des insurgés, évalués à 2,5 milliards de dollars (1,73 milliard d'euros). «Nous allons demander que cinq milliards de dollars soient débloqués afin de lancer la reconstruction du pays. Il nous faudra plus à l'avenir mais nous avons un besoin urgent de cette somme afin de soutenir l'économie et afin de fournir des crédits», a déclaré l'ambassadeur libyen aux Emirats arabes unis, Aref al Nayed, après une rencontre à Doha, au Qatar, avec des alliés arabes et occidentaux des insurgés. Cet argent servira notamment à reconstruire des hôpitaux et des écoles détruits, selon lui, car les forces de Mouammar Kadhafi les ont utilisés pour leurs opérations militaires. On estime que le montant des avoirs libyens bloqués à l'étranger est compris entre 160 et 170 milliards de dollars.

8h34: Un fils de Kadhafi traqué dans un hôtel de Tripoli
Des fusillades ont éclaté mercredi soir près de l'hôtel Corinthia, dans le centre de Tripoli. Auparavant, des rebelles fortement armés étaient arrivés dans l'établissement, ayant entendu dire que l'un des fils de Mouammar Kadhafi, Saadi, s'y trouvait. Ils avaient dit vouloir fouiller toutes les chambres et avaient bloqué les accès aux ascenseurs. Libérés mercredi après-midi, les journalistes étrangers qui avaient été bloqués pendant cinq jours à l'hôtel Rixos par les hommes de Kadhafi ont été conduits dans la journée à l'hôtel Corinthia.

La bataille de Tripoli n'est pas terminée. Des fusillades ont opposé mercredi des fidèles de Mouammar Kadhafi et des insurgés traquant ses proches et ses partisans.

Les rebelles livrent notamment une féroce bataille avec le chef d'état-major des forces armées de Mouammar Kadhafi, Abdoul Rahmane Al Sid, aux abords de sa ferme dans le secteur de Tripoli, a déclaré un porte-parole des insurgés sur Al Arabiya.

Ce dernier a par ailleurs affirmé que les insurgés avaient capturé Bachir Saleh, un proche collaborateur de Mouammar Kadhafi, et ses quatre enfants dans une propriété à Tripoli. Bachir Saleh a tenté de dissimuler son identité en revêtant des habits habituellement portés par les Soudanais, a ajouté ce porte-parole. Mouammar Kadhafi est toujours introuvable et les insurgés ont promis une récompense de 1,3 million de dollars pour sa capture mort ou vif.


Mots-clés :

  • Aucun mot-clé