Chili: Plus de 550 personnes arrêtées après une violente journée de mobilisation étudiante

0 contributions
Publié le 5 août 2011.

MONDE - La crise s'envenime depuis trois mois dans le pays...

Plus de 550 personnes ont été interpellées jeudi dans plusieurs villes du Chili, lors de heurts répétés entre étudiants et forces de l'ordre au cours d'une nouvelle journée de mobilisation étudiante, la plus violente d'une crise qui s'envenime depuis trois mois.

Pas plus de 5.000 personnes ont pris part aux manifestations, à Santiago et dans une dizaine de villes, mais «on a atteint le total de 552 interpellations et 29 policiers blessés, dont un dans un état grave», a annoncé à la presse en soirée le vice-ministre de l'Intérieur Rodrigo Ubilla, selon qui il n'y avait pas de «civils blessés». La majorité des personnes interpellées (284) l'ont été à Santiago, pour trouble à l'ordre public, ports d'armes ou de matériel explosif, a précisé Rodrigo Ubilla.

Huitième mobilisation depuis mai

Cette journée d'action étudiante, la huitième depuis le début des mobilisations en mai, a été de loin la plus violente, mais la moins suivie. Des manifestations monstres, en juin, ont réuni jusqu'à 80.000 personnes, les plus spectaculaires depuis le retour de la démocratie au Chili en 1990. Etudiants, lycéens et enseignants, qui réclament de l'Etat des moyens accrus pour l'enseignement public et supérieur, avaient annoncé deux manifestations pour jeudi. Le gouvernement n'a pas autorisé ces marches, un refus perçu comme une «provocation» par les manifestants.

A Santiago, les violences sont survenues en deux temps en une journée chaotique. Dans la matinée, la police a usé de gaz lacrymogènes et de lances à eau, pour disperser une manifestation naissante Plaza Italia, et dégager des carrefours névralgiques que des étudiants paralysaient avec des barricades de pneus enflammés. Le calme était revenu en milieu de journée dans le centre de la capitale, patrouillé par des policiers à cheval et des fourgons anti-émeutes.

Les manifestations interdites

Les troubles ont repris en soirée, quand la police a empêché la tenue d'une seconde manifestation non autorisée, a constaté l'AFP. Un groupe de 200 étudiants a brièvement occupé les studios de la télévision privée Chilevision, exigeant de passer en direct, avant de quitter les lieux une fois un message enregistré.

Le gouvernement avait interdit les manifestations en estimant le temps du dialogue venu, après une série de propositions transmises lundi, notamment sur des bourses accrues et des crédits avantageux aux étudiants, dont la majorité s'endettent pour étudier. Propositions rejetées comme «insuffisantes». «Les étudiants ne sont pas propriétaires des rues», s'est exaspéré le porte-parole du gouvernement Andres Chadwick.

Plus grave crise depuis un an

Le gouvernement de droite de Sebastian Pinera vit sa crise sociale la plus grave depuis son arrivée au pouvoir en mars 2010, avec l'explosion du malaise structurel de l'éducation au Chili: un système à deux vitesses, dont le pan public est le parent pauvre de la réussite économique du pays depuis 20 ans. Le président Pinera a vu sa côte de popularité chuter à 26% d'opinions favorables, selon un sondage publié jeudi: un seuil record qui fait de lui le président le plus impopulaire depuis le retour de la démocratie en 1990.

Une image dans les rues de Santiago a d'ailleurs rappelé jeudi l'ère des manifestations contre la dictature Pinochet: des habitants qui exprimaient leur soutien aux manifestants en tapant sur des casseroles, de leur fenêtre ou sur le pas de leur porte. Les étudiants ont lancé jeudi soir un ultimatum de six jours au gouvernement pour des propositions «sérieuses, concrètes et cohérentes». Ils réclament en particulier des garanties constitutionnelles sur une éducation publique gratuite et de qualité. «On n'impose pas ainsi au gouvernement», a répliqué Andres Chadwick.

© 2011 AFP
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr