Irlande du Nord: Heurts lors de marches orangistes

EMEUTES Les heurts ont éclaté au passage d'une marche protestante dans un quartier catholique de Belfast...

Reuters

— 

De jeunes nationalistes jettent des pierres et des cocktails molotov vers les forces de polices lors de heurts à Belfast (Irlande du Nord), après une marche de protestants dans un quartier catholique, le 12 juillet 2011.

De jeunes nationalistes jettent des pierres et des cocktails molotov vers les forces de polices lors de heurts à Belfast (Irlande du Nord), après une marche de protestants dans un quartier catholique, le 12 juillet 2011. — S. WILSON/AFP PHOTO

La police d'Irlande du Nord a fait usage de balles en caoutchouc et de canons à eau pour mettre fin aux émeutes qui ont éclaté mardi au passage d'une marche protestante dans un quartier catholique de Belfast.

Le 12 juillet, anniversaire la bataille de la Boyne en 1690 qui a vu la victoire du roi protestant Guillaume d'Orange sur le catholique Jacques II d'Angleterre, donne lieu chaque année à de grandes marches dans la province, une tradition que les républicains assimilent à une provocation.

Les forces de l'ordre déployées dans le quartier catholique d'Ardoyne pour éviter des heurts au passage du défilé de l'Ordre d'Orange ont été bombardés de bouteilles, de tuiles et de cocktails molotov par plusieurs dizaines de jeunes.

Partage du pouvoir entre catholiques et protestants

Deux voitures ont été incendiées et la police a tiré des dizaines de balles en caoutchouc. Une vingtaine de policier avaient été blessés la nuit précédente dans des heurts avec de jeunes protestants qui célébraient le 12 juillet.

Sur le demi-millier de défilés prévus pour l'occasion, seuls quelques uns ont donné lieu à des débordements, soulignent toutefois les autorités. D'autres troubles ont toutefois été signalés à Londonderry, à Newry et à Armagh, ainsi que dans le centre de Belfast.

Les protestants loyalistes qui souhaitent que l'Irlande du Nord reste dans le giron du Royaume-Uni et les Républicains, en majorité catholiques, qui prônent le rattachement à l'Irlande, se sont affrontés pendant trois décennies, avant l'accord de paix de 1998, qui a ouvert la voie à un partage du pouvoir.

Les violences entre les deux communautés ont considérablement reflué depuis mais des mouvements armés dissidents restent actifs.

Mots-clés :