Les Tunisiennes prennent possession de la Toile

WEB Le site Aufeminin.com se lance en Tunisie. «20Minutes» a suivi ses équipes à la rencontre des militantes du Web tunisien...

Alice Coffin, envoyée spéciale en Tunisie

— 

Des manifestantes contre le président Ben Ali à Tunis, en Tunisie, le 19 janvier 2011.

Des manifestantes contre le président Ben Ali à Tunis, en Tunisie, le 19 janvier 2011. — Credit:HALEY/SIPA

Sur la terrasse d’un hôtel proche de Tunis, elles ont défilé, une par une, vendredi dernier, devant les caméras de l’équipe d’Aufeminin.com. Elles, ce sont des Tunisiennes dirigeantes d’entreprise, journalistes, blogueuses, spécialistes du Web ou des réseaux sociaux. Toutes très engagées pour la démocratisation de la Tunisie.

Aufemin.com, premier éditeur de sites féminin dans le monde, 40 millions de visiteurs uniques par mois, enregistre leurs témoignages pour la toute récente page d’accueil de sa version locale en Tunisie: http://tn.aufeminin.com. «C’est en raison de la situation très particulière des femmes en Tunisie que nous avons décidé de nous lancer dans ce pays, explique Marie-Laure Sauty de Chalion, PDG d’Aufeminin.com. Les femmes ont beaucoup plus de droits que dans d’autres pays arabes. Et les revendiquent, notamment sur Internet. Pendant la révolution, elles ont énormément utilisé le Web comme moyen de communication, de rassemblement. La Tunisie est le pays le plus connecté d’Afrique.»

Pas d’opportunisme

Aufeminin.com a ainsi constaté que son site recevait 285.000 visites de Tunisie par mois. Le Web, le networking est central ici, estime Amel Djait, journaliste et fondatrice de mille-et-une-tunisie.com. Les élections ont lieu en octobre. Je suis confiante, notamment grâce à Internet, quant aux possibilités pour notre pays et pour les femmes de réussir.»

Pourquoi alors ne pas justement avoir attendu octobre pour initier Aufeminin.com en Tunisie? «Tout le monde va recommencer à reparler de la Tunisie à ce moment-là, cela aurait paru opportuniste», estime Marie-Laure Sauty de Chalon.

La culture avant la pub?

L’initiative est bien accueillie car, comme le rappelle la militante Mouna Ben Halima «vous avez peut-être l’impression du contraire en France, mais ici les internautes ont eu le sentiment que le Web français avait mis du temps à soutenir les internautes tunisiens. Il y a eu Mediapart, Rue89 et Cécile Duflot qui ont été là dès le début sur Twitter. Mais beaucoup ont pris leur temps. Et comme on ne peut pas dire que les médias tunisiens soient encore tous libres, on se réjouit donc du lancement en Tunisie d’Aufeminin.»

A une condition, note cependant Nizar Chaari, directeur général du magazine «people culturel» Tunivisions: «que la Tunisie ne soit pas seulement pour ce mastodonte qu’est Aufeminin.com un marché publicitaire, qu’il y ait vraiment du contenu. La France a perdu pas mal de qualité dans ses échanges culturels avec la Tunisie, il faut que ça revienne, et si Internet peut en être le lieu, tant mieux.»

Mots-clés :