Un Navy SEAL américain.
Un Navy SEAL américain. - DR/US NAVY

P.B.

Quand la Navy envoie son élite, elle envoie les Seals. Quand les Seals envoient leur élite, ils envoient la Team Six. C'est ainsi que le rôle de cette unité de légende de la Navy est décrit dans un livre à venir (*), co-écrit par un ancien membre, qui a notamment mené des missions à Mogadiscio.

Dans la nuit de dimanche à lundi, une vingtaine de membres de ce commando est hélitreuillée dans une résidence fortifiée à Abbottabad. Quarante minutes plus tard, ils logent deux balles dans la tête de Ben Laden («double tap») et repartent avec sa dépouille, signant l'un des plus gros succès de l'histoire américaine de la lutte antiterroriste.

L'élite de l'élite

Officiellement, la Maison Blanche ne commente jamais les activités de la Team Six, tout comme celles de sa cousine de l'armée, l'unité Delta Force. Ses membres doivent en général garder le silence sur leur entraînement, réputé pour être l'un des plus durs du monde, et leurs missions. Nageurs aguerris, ses membres ne sont pas que des machines à tuer et parlent en général plusieurs langues.

Selon les experts, la Team Six (ou, de son nom plus récent, le U.S. Naval Special Warfare Development Group ou Devgru) a été créée en 1980, à la suite du fiasco de la tentative de sauvetage des otages à l'ambassade américaine à Téhéran. Elle fait partie des Navy Seals, l'élite de la marine militaire américaine et opère aussi bien sur terre, qu'en mer ou dans les airs (Sea, Air, Land). Parfois, la CIA peut y faire appel pour des opérations secrètes périlleuses (Black Ops).

Depuis 2001, entre 100 et 200 membres de l'équipe, selon les estimations, chassaient Ben Laden, en Afghanistan et au Pakistan, avec ordre de le ramener mort ou vif. Selon les médias américains, la CIA a surveillé pendant de long mois le complexe fortifié et les membres du commando ont pu s'entraîner dans une réplique grandeur nature.

(*) Team Six, Memoirs of an Elite Navy Seal Sniper (St. Martin's Press) par Howard Wasdin et Stephen Templin

A la suite de dérapages racistes ce lundi, cet article est fermé aux commentaires. Merci de votre compréhension.