Photographie de la maison dans laquelle se cachait Oussama ben Laden, prise après l'assaut du commando américain, le 2 mai 2011 à Abbottabad, au Pakistan.
Photographie de la maison dans laquelle se cachait Oussama ben Laden, prise après l'assaut du commando américain, le 2 mai 2011 à Abbottabad, au Pakistan. - F. NAEEM / AFP

Maud Pierron (avec agences)

Comment l’opération a-t-elle été préparée?
Tout a commencé au mois d’août dernier, a révélé Barack Obama dans son allocution dans la nuit de dimanche à lundi. Les Etats-Unis ont soupçonné la présence d'Oussama ben Laden à Abbotabad au Pakistan grâce à plus de quatre ans de surveillance de l'un de ses plus fidèles messagers, identifié par des prisonniers de Guantanamo. «Ils ont indiqué qu'il était probable qu'il vive en compagnie ou sous la protection de Ben Laden», a raconté un responsable de l'administration américaine aux journalistes. En août dernier, donc, les autorités américaines ont découvert que ce messager vivait avec son frère et leurs familles respectives dans un bâtiment de trois étages inhabituellement luxueux et protégé comme une forteresse, à moins de deux heures de route au nord d'Islamabad. «Un complexe extraordinairement unique», détaille un responsable américain. «Les experts qui ont travaillé sur cette question pendant des années ont estimé qu'il y avait une forte probabilité que le terroriste qui se cachait là était Oussama ben Laden», note un autre responsable. Barack Obama a donné son feu vert à l’opération la semaine dernière, a-t-il expliqué dans son allocution.

>> Suivez en direct les événements de la journée par ici

Comment s’est déroulée l’opération?
L’assaut s’est déroulé dans la nuit du 1er au 2 mai, vers 1h30, par une équipe restreinte héliportée des commandos américains de la marine, les Navy Seals, précise CBS News. L’opération était dirigée en temps réel par Leon Panetta, le directeur de la CIA. «Après minuit, un grand nombre de commandos ont encerclé la propriété. Trois hélicoptères étaient vol stationnaire. Tout à coup, des tirs ont éclaté en provenance du sol et en direction des hélicoptères, a raconté un habitant, Nasir Khan. Il y a eu des échanges de tirs intenses et j'ai vu un hélicoptère chuter», a poursuivi cet habitant, qui a suivi la scène du toit de sa maison. Pour un autre habitant, il y a eu deux «explosions». L’assaut a duré 40 minutes, au bout desquels six personnes ont été tuées, dont le fameux messager, la femme de Ben Laden et un de ses enfants. «Aucun Américain n'a été blessé. Après un échange de coups de feu, ils ont tué Oussama ben Laden et ont récupéré son corps», a précisé Barack Obama. Quant à l’hélicoptère qui a «chuté», il aurait eu une panne technique mais n’aurait pas fait de blessés.

Ben Laden a-t-il bénéficié d’appuis au Pakistan?
Apparemment, oui. «Ce qui apparaît étonnant, c’est qu’Oussama ben Laden était dans une zone pakistanaise qui n’était pas tribale. Une situation impossible sans l’appui de personnes haut placées au sein du mouvement djihadiste pakistanais et des services de sécurité, qui possèdent la logistique permettant d’assurer la protection de ce type de personne», explique à 20 Minutes Dominique Thomas, spécialiste du terrorisme. Abbotabad est une ville de villégiature estivale située dans une vallée entourée de collines verdoyantes, près du Cachemire pakistanais. Elle abrite une population plutôt aisée et de nombreux militaires pakistanais à la retraite y sont installés, ainsi qu’une  académie militaire. Difficile de croire que la forteresse, environ huit fois plus haute que les résidences voisines, protégée par des murs d'enceinte de quatre à cinq mètres et surmontés de fils barbelés, n’ait pas attiré l’attention des militaires.        

Qu’est-il advenu du corps d’Oussama ben Laden?
Le corps de l’ex-ennemi public a été emmené par des commandos américains et des prélèvements ADN  ont été opérés pour procéder à l’identification. Enfin, la dépouille a été immergée en haute mer, annoncent les télévisions américaines, pour éviter d’enterrer Ben Laden et de permettre qu’un pèlerinage se mette en place. «Nous nous assurons que son corps est traité en accord avec la pratique et la tradition musulmanes. C'est quelque chose que nous prenons très au sérieux», a assuré un responsable américain.

Ben Laden pouvait-il être fait prisonnier?
Lui-même n’a jamais envisagé ce sort, rappelle Dominique Thomas à 20 Minutes. «Son objectif, c’était de mourir en martyr, pas de rester prisonnier». De toute façon, «il s'agissait d'une opération destinée à tuer», a déclaré à Reuters un responsable américain, en soulignant clairement qu'il n'y avait aucune intention de capturer Oussama ben Laden vivant au Pakistan. «La décision de savoir que faire de Ben Laden [s’il était capturé] n’a jamais été tranchée», ont indiqué des sources américaines dimanche soir, relaie Politico.  Le site américain a rappelé ce lundi une discussion entre les députés et le ministre américain de la Justice Eric Holder sur le sort judiciaire qui serait réservé à Ben Laden. «Vous parlez d’une hypothèse qui ne se déroulera jamais. La vérité, c’est qu’on lira ses droits au cadavre d’Oussama ben Laden. Il n’apparaîtra jamais devant un tribunal américain. C’est la réalité… Il sera tué par nous ou il sera tué par l’un des siens pour qu’on ne puisse pas le capturer. Nous le savons.»  Pour Politico, la mort de Ben Laden est donc «une chance politique» car sa capture aurait soulevé des «questions épineuses».

En raison de débordements systématiques sur ce sujet, la rédaction est contrainte de fermer cet article aux commentaires. Merci de votre compréhension.