Une femme possédant la double nationalité iranienne et néerlandaise, arrêtée après sa participation à des manifestations antigouvernementales en 2009, a été pendue en Iran pour trafic de drogue, a rapporté samedi l'agence semi-officielle Mehr.

Gel des contacts avec l'Iran

Les autorités néerlandaises ont réagi en gelant leurs contacts avec l'Iran et en déconseillant à leurs ressortissants ayant aussi la nationalité iranienne de se rendre en Iran.

Le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Uri Rosenthal, a reçu samedi la confirmation officielle de l'exécution après avoir convoqué l'ambassadeur d'Iran à La Haye à la suite d'informations de presse, a déclaré un porte-parole du ministère néerlandais des Affaires étrangères.

«Le ministre a été profondément choqué, il s'agit d'un acte commis par un régime barbare. Le fait que les diplomates iraniens nous aient dit seulement vendredi que tous les recours légaux étaient épuisés rend ceci encore plus choquant», a-t-il ajouté.

Possession et vente de stupéfiants

Dans la matinée, l'agence Mehr avait annoncé qu'une «trafiquante nommée Zahra Bahrami, fille d'Ali» avait été pendue samedi «pour possession et vente de stupéfiants».

D'après la fille de cette femme de 45 ans, citée par l'organisation de défense des droits de l'homme International Campaign for Human Rights in Iran, les accusations de trafic de drogue ont été montées de toutes pièces après l'arrestation de Zahra Bahrami pour sa participation à des manifestations en décembre 2009.

Mehr rapporte qu'elle a été jugée coupable d'importation de cocaïne des Pays-Bas en Iran et que 450 grammes de cette drogue ont été retrouvés sur elle. L'Iran ne reconnaît pas la double nationalité.

Réunion de crise

Les Pays-Bas évoqueront cette affaire lundi lors d'une réunion des ministres des Affaires européens de l'Union européenne et il demanderont à ce que des mesures soient prises contre l'Iran, a déclaré sans autre précision le porte-parole.

Tous les contacts officiels avec l'Iran seront gelés et les diplomates iraniens aux Pays-Bas devront demander l'autorisation du ministère néerlandais des Affaires étrangères avant de recontrer tout fonctionnaire néerlandais.

Cependant, il n'a pas été décidé de rappeler l'ambassadeur des Pays-Bas à Téhéran, a encore dit le porte-parole.

Mots-clés :