- Ho New / Reuters

O.R.

Aux premiers jours de sa cavale, Raoul Moat était considéré comme dangereux pour les forces de l’ordre, à qui il avait déclaré la guerre dans une lettre. Mais ce jeudi, la police britannique a averti la population que l’homme de 37 ans pourrait s’en prendre à un public plus large, alors que débutait le 6ème jour de traque.

Lors d’une conférence de presse, une responsable des forces de l’ordre, Sue Sim, a révélé, selon le Guardian, que deux personnes de plus avaient été arrêtées pour avoir aidé Raoul Moat dans sa fuite, ce qui porte à cinq le nombre d’arrestations. Les autorités en ont profité pour rappeler que toute personne aidant le fugitif serait arrêtée et jugée.

«Les recherches vont prendre du temps»

«Nous avons les ressources et la capacité de gérer cette situation. Mes officiers sont sur le terrain en nombre important pour apporter de la sécurité et de la protection», précise Sue Sim, se voulant rassurante. Les recherches se poursuivent pour retrouver Raoul Moat, soupçonné d’avoir tiré sur son ex-compagne, abattu le nouveau compagnon de celle-ci et grièvement blessé un policier.

Le terrain «est très difficile à fouiller», a confié Sue Sim, selon Le Guardian. Les forces de l’ordre se concentrent sur les environs du village de Rothbury, composé de collines, de grottes, de forêts denses et de ravins. «Les recherches vont prendre du temps et nous devons protéger les personnes impliquées», a-t-elle précisé.