Pierre Camatte et Nicolas Sarkozy, à Bamako, lors d'une conférence de presse, jeudi 25 février.
Pierre Camatte et Nicolas Sarkozy, à Bamako, lors d'une conférence de presse, jeudi 25 février. - POOL New / Reuters

Pierre Camatte, ou Karmat, comme il se faisait appeler au Mali, est-il vraiment un humanitaire, président d’une association luttant contre le paludisme? Non affirme le site Internet Bakchich, qui soutient que l’homme, âgé de 61 ans et originaire des Vosges serait en fait un agent de la DGSE.

Selon le site il «travaillait sous couverture, pour mieux surveiller les mouvements dans ce qui est devenu l’une des bases arrières des terroristes algériens de l’ex-GIA enrôlés aujourd’hui sous la bannière de Ben Laden». Rien que ça.

«C’est une fausse information»

Pour appuyer ses dires, Bakchich site une «bourde» du coordinateur national du renseignement à la présidence de la République, Bernard Bajolet. Le 27 janvier dernier, devant la commission de la défense nationale et des forces armées à l’Assemblée, il aurait parlé de huit agents français détenus à l’étranger, dont un otage au Mali, précisant qu’il s’agissait de «Pierre Camatte».

Ce vendredi en fin de matinée, Bakchich précise néanmoins, «Apparemment, Bajolet a confondu, dans une réponse confuse, le cas de Pierre Camatte, qui d’après les informations de Bakchich, était au Mali, un correspondant des services et celui d’autres otages, qui n’ont rien à voir avec les missions de renseignement de l’Etat français.»

Quoiqu’il en soit, l’ONG Icare reste introuvable sur Internet. Du côté de l’Elysée, on dément - logiquement - l’information. «C’est une fausse information. Pierre Camatte n’est pas agent de la DGSE», a déclaré un porte-parole à l’agence AP. Il explique que le chiffre de huit otages serait celui des huit «Français détenus à l’époque en otages dans le monde», mais en aucun cas des agents...


Mots-clés :