Un homme de 26 ans est mort vendredi en Californie (ouest) après avoir reçu une décharge du pistolet à impulsions électriques Taser pendant une intervention policière, a-t-on appris auprès des autorités.
Un homme de 26 ans est mort vendredi en Californie (ouest) après avoir reçu une décharge du pistolet à impulsions électriques Taser pendant une intervention policière, a-t-on appris auprès des autorités. - Fred Dufour AFP/Archives
De notre correspondant à Los Angeles

Les Fatals Picards chantent «Dors mon fils ou j'appelle la police». Pour une mère de famille à Ozark, une petite ville de l'Arkansas, c'est plutôt «Si tu vas pas te laver, le policier va te Taser». Selon un rapport de police obtenu par l'agence de presse AP, un agent, appelé pour une altercation domestique, a utilisé son Taser sur une jeune fille de 10 ans.
 
Lorsqu'il est arrivé, la fillette était recroquevillée sur le sol et hurlait, selon AP. Elle «criait, donnait des coups de pieds et résistait» alors que sa mère essayait de la trainer dans la baignoire avant de la mettre au lit. «Sa mère m'a dit d'utiliser mon Taser si j'en avais besoin», explique le policier. Ce qu'il a fait. «Juste une brève piqûre dans le dos pendant une seconde», selon lui.
 
Le maire en appelle au FBI
 
La fillette n'a pas été blessée mais le maire de la ville, Vernon McDaniel, a demandé une enquête, ce que la police de l'Etat a refusé. Il a également soumis sa requête au FBI (la police fédérale).
 
Aucune mesure disciplinaire n'a été prise contre l'agent. Selon le chef de la police Jim Noggle, «le taser n'a pas été utilisé pour punir l'enfant mais pour la maîtriser et qu'elle ne blesse personne, y compris elle-même». Selon lui, si le policier avait essayé de la menotter, il aurait pu lui casser le bras.
 
Selon le père, séparé de la mère, leur fille est «instable» sur le plan émotionnel. «Mais elle n'avait pas d'arme. Elle n'aurait pas dû être Tasée», s'indigne-t-il. Fin octobre, pour la première fois, le fabricant Taser avait reconnu un risque cardiaque «minime». Le Taser, arme éducative?
 

Mots-clés :