Pékin se préoccupera des émissions de carbone à partir de 2050

ENVIRONNEMENT Le pays est, avec les Etats-Unis, l'un des deux principaux pollueurs de la planète...

Avec agence

— 

Un homme tente de nettoyer un lac rempli de plus de 50 tonnes de poisson morts à cause de la pollution et la chaleur, Chine, le 11 juillet 2007.

Un homme tente de nettoyer un lac rempli de plus de 50 tonnes de poisson morts à cause de la pollution et la chaleur, Chine, le 11 juillet 2007. — CHINA DAILY / REUTERS

La Chine préfère assurer sa croissance avant de penser à l’environnement. Alors qu’elle est, avec les Etats-Unis, l'un des deux principaux pollueurs de la planète, la Chine n’envisage pas de réduire ses émissions de carbone avant 40 ans.

«Les émissions de la Chine ne continueront plus à progresser au-delà de 2050», a déclaré Su Wei, directeur du département du développement et de la commission des réformes en matière de changement climatique, dans le journal Financial Times de samedi.

«La Chine ne laissera pas ses émissions progresser sans limites et n'insistera pas sur le fait que toutes les nations doivent avoir le même quota d'émission par habitant. Si nous faisions cela, cela détruirait la terre», a-t-il ajouté, selon le journal.

La Chine, en tant que pays en développement, ne s'était pas vu fixer d'objectifs contraignants par le protocole de Kyoto, qui s'achève en 2012 et dont le sommet de Copenhague en décembre doit décider le prolongement. Elle a cependant déterminé ses propres buts en matière d'efficacité énergétique et de réduction d'émissions.

Début août, Pékin avait de nouveau appelé les pays développés à faire plus pour combattre le changement climatique à quatre mois de la conférence internationale de Copenhague.

En décembre, à l'occasion de cette conférence qui doit adopter un nouveau traité de lutte contre le réchauffement, la Chine et d'autres pays en développement demanderont aux pays les plus riches de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 40% d'ici 2020 par rapport à 1990, a déclaré début août Yu Qingtai, le négociateur en chef chinois sur le dossier.

 

Mots-clés :

Aucun mot-clé.