La Corée du Sud intensifie ses patrouilles.
La Corée du Sud intensifie ses patrouilles. - BYUN YEONG-WOOK / AFP

MD (Avec agence)

Jusqu'où ira Pyongyang? A Séoul la menace est prise très au sérieux. La Corée du Sud a renforcé, ce mardi, sa défense maritime dans un climat de tensions accrues avec son voisin du Nord qui semble préparer le lancement de missiles à moyenne et longue portée, au mépris des pressions de la communauté internationale. Semblant ignorer les appels à la retenue après son essai nucléaire du 25 mai condamné par l'ONU, la Corée du Nord prépare le tir de plusieurs missiles à moyenne portée, a indiqué mardi une source gouvernementale sud-coréenne citée par l'agence Yonhap.
 
Séoul déploie son patrouilleur rapide lance-missiles
 
«Au moins trois missiles», selon cette source, sont apparemment en cours de préparation sur une base du comté de Anbyon, dans la province nord-coréenne de Kangwon, à environ 100 km au nord-est de Séoul. La Corée du Nord pourrait tirer un missile Rodong, d'une portée de 1.300 km ou un nouveau missile à moyenne portée, d'un rayon d'action de 3.000 km.

>> A lire également: «La Corée du Nord n'a d'autre monnaie d'échange que la peur qu'elle suscite», ici.
 
Afin de répondre à la menace du nord, Séoul a déployé son patrouilleur rapide lance-missiles le plus sophistiqué, équipé de missiles mer-mer, à proximité de sa frontière maritime ouest avec la Corée du Nord, a annoncé le ministère sud-coréen de la Défense. «Comparé aux bâtiments nord-coréens, le Yoon Young-Ha (patrouilleur rapide anti-missile, ndlr) dispose d'une puissance de feu écrasante», a déclaré un porte-parole de la marine, avertissant que la marine sud-coréenne punira immédiatement» toute force nord-coréenne tentant des actes de provocation dans la zone.
 
Des informations font état d'exercices de débarquement menés par le Nord près de la frontière ouest, un site qui a été par deux fois le théâtre de batailles navales meurtrières depuis 1999. L'escarmouche la plus récente, en 2002, avait fait six morts et 18 blessés dans les rangs sud-coréens, et plus de 30 tués ou blessés dans les rangs nord-coréens. Pyongyang veut que la frontière soit tracée plus au sud dans cette zone.
 
Démonstration de force ou véritable menace?
 
Pyongyang, qui a tiré six missiles à courte portée depuis l'essai nucléaire de lundi dernier, semble également se préparer à lancer un missile à longue portée depuis une autre base de lancement, celle de Dongchang-ri (côte nord-ouest du pays, sur la mer Jaune), selon des responsables sud-coréens et américains.
 
Pour certains experts, la récente démonstration de puissance de Pyongyang s'inscrit dans la stratégie du leader nord-coréen Kim Jong-il visant à consolider son autorité, afin de préparer sa succession. Selon les services de renseignement sud-coréens, cités mardi par un député de Séoul, Kim a désigné son plus jeune fils, Kim Jong-un, âgé de moins de 30 ans, pour lui succéder.