Gordon Brown, à l'issue du sommet du G20, le 2 avril 2009 à Londres.
Gordon Brown, à l'issue du sommet du G20, le 2 avril 2009 à Londres. - REUTERS/Kevin Coombs

La presse britannique n'en finit plus de publier d'embarrassantes révélations sur les très généreuses notes de frais des députés et ministres britanniques. Ceux-ci se sont fait rembourser des objets et services aussi variés qu'une balayette pour W-C, un citron, des films pornos, des couches-culottes ou encore 25.000 euros pour traiter un champignon dans un appartement.

Gordon Brown dépanne son frère

Au total, ce sont des centaines de milliers de livres qui ont été défrayées par le Parlement, en vertu d'un système légal mais jugé abusif. Ces révélations ont éclaboussé jusqu'au Premier ministre, Gordon Brown. Selon le quotidien de droite «Daily Telegraph», il aurait versé, entre 2004 et 2006, plus de 6.000 livres (6.700 euros) à son frère pour des dépenses de nettoyage. Sa note de frais aurait également inclus une cuisine à 9.000 livres (10.000 euros).

646 députés épinglés

Gordon Brown a réagi en se défendant de toute irrégularité et a réitéré sa promesse d'une réforme en profondeur du système. Face à un scandale qui n'en finit pas de rebondir, la Chambre des communes a saisi la police pour enquêter sur l'origine de la fuite. La liste officielle des défraiements des 646 députés de l'Assemblée devrait être publiée en juillet. Ces révélations ont accentué la baisse de la popularité du Parti travailliste de Gordon Brown, tombé à 23% dans les sondages, son plus bas niveau depuis 1943, selon une enquête rendue publique samedi.