Dmitri Medvedev lance son blog en jean et sans cravate

RUSSIE Une heure à peine après avoir posté son premier billet, le président russe crée la polémique en s'exprimant pour la réglementation de l'Internet...

MD (Avec agence)

— 

Dmitri Medvedev lance son blog en jean et sans cravate, le 22 avril 2009.

Dmitri Medvedev lance son blog en jean et sans cravate, le 22 avril 2009. — no credit

Il cultive son image de dirigeant jeune et moderne. Le président russe Dmitri Medvedev a inauguré mercredi son blog sur la très populaire version russe du LiveJournal. Une plateforme rapidement devenue, en Russie, un bastion de la contestation et de la liberté d'expression. En guise d'introduction, le dirigeant russe s'est attaqué à un sujet de taille en concédant qu'il était impossible de réglementer l'Internet.

Apparaissant en jean et sans cravate, sur fond d'écrans d'ordinateurs, le chef de l'Etat, 43 ans, semble ainsi vouloir montrer qu'il est ouvert à des médias moins suspects de contrôle étatique que la télévision ou la presse écrite, acquis au pouvoir en place. «Tenter de réglementer l'Internet et le faire d'une manière primitive est très difficile», a déclaré Dmitri Medvedev. «Il faut être présent dans l'Internet d'après ses lois», a-t-il poursuivi, soulignant qu'il restait «du boulot pour tout le monde» en la matière.

L'arrivée de Medvedev sur la toile inquiète les blogueurs

«Ce n'est pas un milieu où dominent les règles établies par un pays, même le plus fort. Il faut des normes internationales élaborées en commun. Et le web doit se développer comme il s'est toujours développé comme un milieu ouvert», a-t-il poursuivi. Mais ces déclarations ont aussitôt suscité de vives réactions de la part des internautes qui s'inquiètent de l'intérêt soudain du président russe pour le web.

Plus d'une centaine de commentaires avaient été publiés sur le blog une heure après son lancement. «Pourquoi réglementer l'Internet ? Il n'a aucune loi et il existe déjà depuis 20 ans», écrit black_rnd. «L'intérêt du président pour l'Internet, cela veut dire que l'Internet cessera d'être une zone de communication libre», s'interroge romanovskiy. «Voilà le président d'une superpuissance, mais son blog est ennuyeux», estime zloy_volshebnik.

Dans la même veine, Dmitri Medvedev a accordé dernièrement une interview très remarquée à un des journaux les plus critiques à l'égard du pouvoir, le tri-hebdomadaire Novaïa Gazeta.

Mots-clés :