La Maison Blanche a du chien

TOUTOU Bo sera présenté au monde mardi...

Avec agence

— 

Bo, chien d'eau portugais, est le nouveau chien de la Maison Blanche. Il a été accueilli par les Obama le 12 avril 2009.

Bo, chien d'eau portugais, est le nouveau chien de la Maison Blanche. Il a été accueilli par les Obama le 12 avril 2009. — REX / SIPA

L'affaire qui tenait tout un pays en haleine depuis des mois a connu dimanche son épilogue: les Obama ont désormais un chiot, baptisé «Bo», cadeau du sénateur Ted Kennedy aux deux filles du président américain, Sasha et Malia.

A tout juste six mois, Bo commence sa carrière médiatique tambour battant en s'offrant une place centrale en Une du sérieux quotidien «Washington Post», qui publie deux grandes photos du chien, l'une tirée d'un mystérieux site web, l'autre créditée à un photographe de la Maison Blanche. Le chien était censé être officiellement présenté au monde mardi.

Après le Watergate, l'affaire du chien

Un collier de fleurs autour du cou - un peu comme ceux qu'on trouve à Hawaï, l'île où Barack Obama a passé une partie de son enfance -, le chien d'eau portugais, un ascendant du caniche, montre un pelage noir aux pattes blanches. Le quotidien en profite pour faire un trait d'humour en soulignant que «le journal qui a révélé le (scandale politique du) Watergate se réjouit d'avoir l'affaire du chiot».

Le même journal publie une autre photo dans ses pages intérieures, montrant le président américain, une de ses filles dans les bras, caresser le petit animal. Le chiot leur avait été présenté «il y a quelques semaines», lors d'une visite surprise à la Maison Blanche, raconte le journal.

Selon le Washington Post, Malia et Sasha (10 ans et 7 ans) l'ont appelé Bo, comme le chat de leurs cousins. Lors de sa première visite à la Maison Blanche, Bo aurait «séduit la famille présidentielle», explique le quotidien, racontant que le chien aurait eu la délicatesse de ne pas faire «pas faire pipi où il ne fallait pas» et de ne pas «mordiller» le mobilier présidentiel.

Pour parer toute entorse au protocole, Bo avait reçu des «leçons de savoir-vivre» par des entraîneurs de chien mandatés par le sénateur Kennedy.