Obama veut l'aide de l'Europe en Afghanistan

OTAN Selon lui, l'UE est plus menacée que les Etats-Unis par des attaques terroristes...

A.P.-V. (avec AFP)

— 

 Barack Obama lors de la cérémonie d'accueil à Strasbourg, au palais Rohan.

 Barack Obama lors de la cérémonie d'accueil à Strasbourg, au palais Rohan. — Jim Young / Reuters

«Il est plus vraisemblable qu'Al-Qaida lance une grave attaque terroriste en Europe qu'aux Etats-Unis» en raison de la proximité avec ses bases arrières en Afghanistan et au Pakistan, a estimé ce vendredi après-midi à Strasbourg Barack Obama, lors d’une conférence de presse avec Nicolas Sarkozy. Une déclaration en forme d’avertissement, qui sonne comme un encouragement fort vis-à-vis des plus ou moins fidèles alliés européens à renforcer leur participation à la campagne afghane. Et plus généralement à se renforcer militairement.

Le président américain a dévoilé la semaine dernière une nouvelle stratégie contre les talibans et leurs alliés d'Al-Qaida. Cette stratégie «aura une composante militaire et l'Europe ne devrait pas s'attendre à ce que les Etats-Unis portent seuls ce fardeau», a-t-il précisé vendredi l’après-midi devant des milliers de Strasbourgeois. Sa première rencontre avec des Européens qui restent très sceptiques sur la nécessité de cette guerre.

«Dérive» dans l’alliance transatlantique

Barack Obama a également déploré une «dérive» dans l'alliance entre les Etats-Unis et l'Europe, critiquant les moqueries des Américains à l'égard des Européens comme l'anti-américanisme «insidieux» en Europe.

«Nous soutenons complètement la stratégie américaine en Afghanistan», a répondu Nicolas Sarkozy, tout en répétant qu'il n'y aurait pas plus de renforts militaires français. Mais, a-t-il ajouté, «nous sommes prêts à faire davantage sur le plan de la police, de la gendarmerie, sur le plan de l'aide économique pour former des Afghans».

Gordon Brown prêt à envoyer des troupes

Comme la France, la plupart des Européens préfèrent se concentrer sur la formation de la police et d'une gendarmerie afghanes. La chancelière allemande Angela Merkel est sur la même ligne.

De son côté, en réponse à l’appel américain, Gordon Brown a proposé l’envoi de plusieurs centaines de soldats supplémentaire pour sécuriser le pays lors de l’élection présidentielle, une offre qui dépend toutefois de l’effort que les autres pays de l’Otan sont prêts à consentir. Quant à l'Espagne elle a promis douze militaires de plus. C'est un début.

 

Mots-clés :