Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, le 1er avril 2009 à Londres.
Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, le 1er avril 2009 à Londres. - REUTERS/Philippe Wojazer

Ils ont discuté, ils vont devoir se mettre d'accord. Les dirigeants du G20 qui se sont rencontrés dès mercredi, ont entamé jeudi matin, la réunion du G20. La séance a été officiellement ouverte par le Premier ministre britannique Gordon Brown, hôte du sommet. Elle devrait déboucher sur un accord commun sur les mesures à prendre pour contrer la crise économique mondiale. Les dirigeants du G20 ont toutefois déjà eu un dîner de travail mercredi soir à la résidence du Premier ministre britannique Gordon Brown, hôte du sommet.

Gordon Brown s'est d'emblée montré confiant, et a fait état d'un «très haut niveau de consensus» entre tous les participants. «Nous avons eu une discussion (...) et nous avons devant nous un projet de communiqué», a-t-il déclaré à l'assemblée avant l'ouverture des débats. «Nous allons maintenant discuter des institutions financières mondiales et de la régulation mondiale», a ajouté Gordon Brown, assurant que tous sont «déterminés à aller de l'avant» sur ces sujets. Si une conférence doit avoir lieu à la fin de la réunion, quelques informations filtrent déjà.

De nouvelles manifestations attendues


La capitale britannique a, dès mercredi, été le théâtre de manifestations altermondialistes et l'un des participants est mort non loin du siège de la Banque d'Angleterre dans des circonstances non élucidées. Plusieurs personnes ont été blessées lors de heurts entre police et manifestants qui ont brisé les vitres d'établissement bancaires et une vingtaine de personnes ont été interpellées.

>>> La carte interactives des manifestions, c’est sur le site du «Guardian»

De nouvelles manifestations sont prévues jeudi aux alentours de l'Excel Center, le centre de conférence de l'est londonien où se déroule le sommet, placé sous très haute surveillance.

Des avancées diplomatiques

Si sur le plan économique les décisions fermes et précises pour lutter contre la crise n'ont pas encore été prises, le G20 a permis aux dirigeants de réchauffer leurs relations avec certains homologues. La France et la Chine ont profité du sommet pour renouer leurs relations diplomatiques envenimées par le Tibet. Le président français Nicolas Sarkozy et Hu Jintao ont eu une entrevue mercredi soir après le dîner des dirigeants du G20.

Ce sommet du G20 marque, également, la première visite en Europe du nouveau président américain Barack Obama, qui a eu des entretiens bilatéraux avec ses homologues mondiaux. Il a rencontré mercredi Gordon Brown, qui l'avait déjà vu à Washington, et pour la première fois les présidents russe Dmitri Medvedev et chinois Hu Jintao. Il a également été reçu avec son épouse Michelle par la Reine d'Angleterre. Il devait voir jeudi les dirigeants sud-coréen, saoudien et indien.

Mots-clés :