Après une IVG à 9 ans, sa mère excommuniée

La mère d'une fillette de 9 ans a découvert la semaine dernière, en l'accompagnant à l'hôpital pour des douleurs au ventre, qu'elle était enceinte de jumeaux depuis quatre mois. Son beau-père de 23 ans abusait d'elle et de sa soeur aînée handicapée, ...

De notre correspondante à Rio de Janeiro, Charlotte Valade

— 

La mère d'une fillette de 9 ans a découvert la semaine dernière, en l'accompagnant à l'hôpital pour des douleurs au ventre, qu'elle était enceinte de jumeaux depuis quatre mois. Son beau-père de 23 ans abusait d'elle et de sa soeur aînée handicapée, âgée de 14 ans. Ce dernier a été emprisonné. Mais c'est l'avortement de cette petite fille qui a déclenché une véritable polémique. La loi brésilienne interdit l'interruption volontaire de grossesse, sauf en cas de viol ou de danger pour la mère. « Nous avons agi légalement, explique l'un des médecins. « La patiente (qui pèse à peine 33 kg et mesure 1,35 m) a été violée et sa vie était en danger. »

Il n'empêche, Mgr José Cardoso Sobrinho, archevêque de Recife (nord-est du Brésil) a décidé d'excommunier la mère et l'équipe médicale qui a pratiqué l'avortement. Le Vatican lui a donné raison : « L'Eglise a toujours défendu la vie et doit continuer à le faire », a affirmé le cardinal Giovanni Battista Re, responsable de l'Eglise d'Amérique latine, dans le quotidien italien La Stampa. Un point de vue critiqué par le président Lula : « En tant que chrétien et catholique, je déplore sincèrement que l'Eglise catholique ait un comportement aussi conservateur. » ■

Mots-clés :

Aucun mot-clé.