Passengers stand on the wings of a U.S. Airways plane as a ferry pulls up to it after it landed in the Hudson River in New York January 15, 2009.  A small plane carrying more than a dozen people splashed down in the frigid waters of the Hudson River off Manhattan on Thursday and survivors were seen standing on the wings awaiting rescue, Reuters witnesses said. REUTERS/Gary Hershorn (UNITED STATES)
 Passengers stand on the wings of a U.S. Airways plane as a ferry pulls up to it after it landed in the Hudson River in New York January 15, 2009.  A small plane carrying more than a dozen people splashed down in the frigid waters of the Hudson River off Manhattan on Thursday and survivors were seen standing on the wings awaiting rescue, Reuters witnesses said. REUTERS/Gary Hershorn (UNITED STATES) - REUTERS/Gary Hershorn

Un avion Airbus A320 de la compagnie aérienne US Airways transportant 155 personnes s'est abîmé dans la rivière Hudson, devant Manhattan, près de l'aéroport de New York La Guardia, jeudi après-midi.

Les 155 personnes qui se trouvaient à bord ont toutes survécu, a indiqué Doug Parker, le PDG de la compagnie aérienne US Airways, sur CNN. Jeudi soir, une quinzaine était hospitalisée mais aucun passager ne serait blessé sérieusement.



Un héros de 57 ans

D'après le maire de New York Michael Bloomerg, «la rapidité et la coordination des secours, avec des ferries entourant l’appareil immédiatement après l’impact», pour évacuer les passagers avant que l’appareil ne coule, a été déterminante. Michael Bloomberg a refusé de «spéculer» sur l’origine de la panne moteur. Il confirme cependant qu’il est «quasi certain» qu’il ne s’agit pas d’une attaque terroriste. Dans la même conférence de presse, le gouverneur David Paterson a, lui, salué «un pilote héroïque», qui, après avoir posé l’avion «s’est assuré que tout le monde avait été évacué». D'après le New York Daily News, le héro s'appelle Chelsey B. Sullenberger. Il a 57 ans et c'est un ancien pilote de l'US Air Force.



Des oiseaux reponsables?


Selon une porte-parole de l'aviation civile américaine, l'avion venait de décoller de La Guardia. Le vol 1549 reliait New York à Charlotte (Caroline du Nord). Des oiseaux pourraient être à l'origine de la chute de l'appareil. Il s'agirait d'un vol d'oies qui serait entré en collision avec les moteurs de l'appareil (photos Reuters).

>> La réaction d'un pilote d'Air France, c'est ici





Un passager témoigne sur CNN: «Le pilote a dit "préparez vous à l’impact". Certains ont crié, d’autres pleuré, mais la plupart étaient silencieux. L’impact a été un peu comme un accident de voiture. Il y a eu un mouvement de panique, mais quand on a réalisé qu’on était vivant, certains se sont ressaisis et on facilité l’évacuation. Ça a pris moins d’une minute. Des bateaux étaient déjà autour, jetant des gilets de sauvetage.»

Dès l'amerrissage, on a pu voir de nombreux bateaux s'approcher de l'avion flottant, les passagers réfugiés sur les ailes de l'appareil. Un témoin de l'accident a par ailleurs raconté sur CNN que l'avion avait effectué une descente très progressive avant de toucher le fleuve, laissant à penser que le pilote était parvenu à maîtriser l'appareil jusqu'au bout. «J''ai vu ce qui avait l'air d'un petit avion de ligne volant vers le sud piquer progressivement» vers le fleuve, a expliqué ce témoin, Ben Vonklemperer. «Je l'ai vu toucher l'eau. Ça a fait un grande éclaboussure», a-t-il dit, précisant que la descente de l'avion avait été très «graduelle» et qu'il ne lui semblait pas que les trains d'atterrissage aient été sortis.

Sur Fox News, un témoin raconte qu'en voyant l'appareil descendre de manière très contrôlée, elle a cru à un nouveau 11-septembre.





Vous êtes à New York? Envoyez-nous vos photos, vidéos et témoignages par mail au 33320 @20minutes.fr

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé