Le président russe Dmitri Medvedev a annoncé lundi qu'il signerait "cette semaine" des accords de coopération, y compris militaires, avec les républiques séparatistes géorgiennes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud.
Le président russe Dmitri Medvedev a annoncé lundi qu'il signerait "cette semaine" des accords de coopération, y compris militaires, avec les républiques séparatistes géorgiennes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud. - Vladimir Rodionov AFP/Archives

Avec agence

Pour ceux qui en doutaient encore, l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie sont vraiment rentrés dans le giron russe. Le président russe Dmitri Medvedev a signé mercredi des accords de coopération et d'assistance mutuelle, y compris militaire, avec deux républiques séparatistes géorgiennes.

La Russie apportera «un soutien militaire» à l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie et préviendra toute nouvelle «aventure militaire» contre elles, a déclaré mercredi le président russe Dmitri Medvedev. Par ailleurs, la Russie défendra les frontières de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud conjointement avec les forces de ces deux républiques séparatistes de Géorgie.

«Un événement historique»


La réaction géorgienne n'a pas tardé: la Russie «annexe de facto» l'Abkazie et l'Ossétie du Sud, a affirmé mercredi Alexander Lomaïa, un haut responsable géorgien. De son côté, la Maison Blanche a appelé au respect de l'intégrité territoriale de la Géorgie et au retrait des troupes russes sur les lignes où elles se trouvaient avant la guerre en août.

«Nous nous apporterons les uns les autres tout le soutien nécessaire, y compris un soutien militaire», a déclaré Dmitri Medvedev. «C'est sans aucun doute un événement historique», selon le président russe.

Les réseaux énergétiques unifiés


«Personne ne doit avoir de doutes sur le fait que nous n'admettrons aucune nouvelle aventure militaire», a ajouté Medvedev en allusion à l'attaque menée dans la nuit du 7 au 8 août par les forces géorgiennes en Ossétie du Sud pour tenter de reprendre le contrôle de cette région.

La Russie et les républiques séparatistes vont également unifier leurs réseaux énergétiques, de télécomunications et de transport. La Russie avait reconnu le 26 août l'indépendance de ces deux républiques séparatistes.