La France rayée de la carte des tours opérateurs chinois

TOURISME Ils ont reçu pour consigne de retirer cette destination...

Avec agence

— 

"Nous sommes extrêmement désespérés", a déclaré Kevan Gosper, vice-président de la commission de coordination des Jeux au CIO, soulignant que la flamme était prise à partie par ceux qui cherchent à exprimer leur opposition à la Chine.

"Nous sommes extrêmement désespérés", a déclaré Kevan Gosper, vice-président de la commission de coordination des Jeux au CIO, soulignant que la flamme était prise à partie par ceux qui cherchent à exprimer leur opposition à la Chine. — Olivier Laban-Mattei AFP

On croyait la tension retombée avec la Chine, depuis le passage mouvementé de la flamme olympique à Paris. Il n'en est rien, si l'on en croit les déclarations des tours opérateurs de Pékin. Ils ont reçu pour consigne de retirer la France de leurs destinations touristiques à partir de cette semaine, ont indiqué des voyagistes à l'AFP ce jeudi.

L'ordre proviendrait de la municipalité de Pékin, selon des sources proches du dossier. Aucun responsable n'a pu être joint au bureau du tourisme de la Ville de Pékin pour confirmer l'information.

«Tout est suspendu en juillet»

«Nous avons reçu la consigne de suspendre les voyages sur la France et ne savons pas quand ils reprendront», a-t-on indiqué chez CITS (China International Travel Service), sans préciser de qui émanait la consigne. «Nous avons encore un groupe en partance le 18 juin, mais en juillet tout est suspendu», a-t-on précisé.

BTG International Travel Tours affichait également «encore des groupes en juin, mais plus en juillet» tandis que CTS (China Travel Service) annonçait de son côté «ne plus avoir de groupe prévu sur la France».

La France ôtée de deux circuits

Un article du département tourisme du site Sohu.com, repris par BTG, explique que «les voyages sur la France ont été annulés» et que cette destination «a également été retirée des circuits comprenant plusieurs pays en Europe» depuis le 27 mai. Il cite l'agence de voyages de la Jeunesse de Pékin qui a ôté la France de deux circuits comprenant initialement cinq et onze pays européens respectivement.

Jusqu'à présent, la protestation chinoise contre la position de la France sur le Tibet s'était traduite par des manifestations antifrançaises devant des magasins Carrefour en Chine.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.