« Si je ne peux pas rentrer en Inde, je vais mourir »

INTERVIEW EXCLUSIVE -L'écrivain Taslima Nasreen raconte son départ d'Inde...

Recueilli par Armelle Le Goff

— 

L'écrivain Taslima Nasreen raconte son départ d'Inde...


Pourquoi les autorités indiennes ont-elles décidé de vous enfermer, vous, et pas les islamistes qui vous menaçaient ?

Le gouvernement indien ne veut pas perdre de voix, même quand elles viennent de criminels. Les autorités n'ont rien fait contre eux, mais contre moi. Pour les satisfaire, c'est moi qu'ils ont arrêtée et placée en résidence surveillée. Or, émettre une fatwa contre quelqu'un est illégal en Inde. Pire, à Hyderâbâd, en septembre 2007, j'ai été physiquement attaquée par des islamistes. Mais personne n'a été inquiété par la justice.

Pourtant, en 1994, lorsque vous avez dû quitter le Bangladesh, l'Inde vous avait défendue...

Je suis une écrivain laïque. Quand j'ai été attaquée au Bangladesh, en 1994, beaucoup d'écrivains, d'hommes politiques, de partis politiques indiens ont pris position en ma faveur. Mais en 2008, quand la même chose est arrivée en Inde, personne, ou très peu, ne m'a défendue. Parce qu'au­jourd'hui, en Inde, la défense des minorités semble supplanter la défense de la laïcité. Or, c'est une erreur, le fondamentalisme reste du fondamentalisme même s'il provient d'une minorité opprimée, comme celle des musulmans en Inde. L'Inde, qui se veut une grande démocratie, devrait défendre des voix comme la mienne. Pour moi, les droits de l'homme ne sont pas compatibles avec les religions. L'islam, comme les autres religions, doit accepter la critique. On me considère comme un écrivain anti-islam, mais ce n'est pas le cas, je critique toutes les religions. Sauf que, pour l'instant, on ne peut pas critiquer l'islam.

D'autant plus quand on est une femme, comme vous l'écrivez dans votre livre ?

Oui, je crois que si j'avais été un homme, je n'aurais pas été forcée de quitter le Bangladesh, puis l'Inde. Parce que traditionnellement, en Inde, au Bangladesh et dans le sous-continent en général, les femmes sont calmes et douces et ne prennent pas la parole. Le fait que je le fasse, cela dérange tout le monde : les islamistes bien sûr, mais aussi les athées dont certains sont très misogynes, ou même les communistes, qui, en Inde, sont très attachés au schéma patriarcal.

Comment, dans un tel environnement, avez-vous pu devenir féministe ?

J'ai été élevée dans un milieu peu religieux, mais très conservateur. Assez rapidement, je me suis interrogée sur les raisons pour lesquelles je n'étais pas autorisée à faire les mêmes choses que les hommes. Sans rien lire, sur la base de mon expérience, j'en ai conclu que les femmes n'étaient pas traitées comme des êtres humains à part entière. Et j'ai commencé à me battre contre cela, seule. Mais dès que j'ai commencé à écrire, j'ai reçu beaucoup de soutien. J'ai reçu autant d'amour de mes lecteurs que de haine de mes détracteurs.

Vous réussissez à écrire en ce moment ?

Non, je suis trop déprimée. En 1994 aussi, quand j'ai été expulsée du Bangladesh, je n'ai pas pu écrire pendant des mois. Le cauchemar recommence. Cela me tue. Si je ne peux pas rentrer en Inde, je vais mourir. Le Bangladesh, l'Inde sont mon oxygène.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.