Euthanasie: comment ça marche aux Pays-Bas, en Belgique et en Suisse

16 contributions
Publié le 20 mars 2008.

SOCIETE - Les deux premiers pays ont légalisé l'euthanasie, le troisième autorise le suicide assisté...

En Europe, seuls les Pays-Bas et la Belgique ont formellement légalisé l'euthanasie, sous de strictes conditions. La Suisse, pour sa part, interdit l'euthanasie active, mais autorise le suicide assisté. Quelles conséquences ont entraîné ces législations? 20minutes.fr fait le point.

En Belgique
Depuis l'entrée en vigueur en 2002 d'une loi autorisant sous conditions l'euthanasie, le nombre de décès déclarés de ce type a lentement augmenté dans le pays mais reste très marginal.

Selon ce texte, le patient doit être majeur, «capable et conscient», formuler sa demande de façon «volontaire, réfléchie et répétée», et être libre de toute contrainte. Il doit en outre se trouver «dans une situation médicale sans issue et faire état d'une souffrance physique ou psychique constante et insupportable qui ne peut être apaisée et qui résulte d'une affection accidentelle ou pathologique grave et incurable».

Selon Jacqueline Herremans, présidente de l'Association belge pour le droit de mourir dans la dignité, 495 déclarations d'euthanasie ont été déposées en Belgique en 2007, soit moins de 0,5% du total des décès. En 2006, de telles déclarations avaient été faites pour 429 cas, après 393 cas en 2005, 349 en 2004, 235 en 2003 et 24 en 2002.

En Suisse
Le pays interdit l'euthanasie active, mais autorise l'assistance au suicide, c'est-à-dire la mise à disposition d'une potion létale au patient, sauf si le mobile en est égoïste.

Mais selon la radio RSR, c'est l'euthanasie passive (renoncement aux traitements médicamenteux, l'interruption de l'alimentation ou de l'hydratation artificielle ou l'administration d'opiacées ou de sédatifs à haute dose) qui est très répandue en Suisse.

Aux Pays-Bas
Ils ont été les premiers, en Europe, à avoir légalisé l’euthanasie, avec une loi adoptée en 2001. Comme en Belgique, une substance létale peut être légalement administré par un médecin, en cas de maladie incurable ou de souffrance intolérable, à des patients l’ayant demandé en toute conscience.

Près de 1.900 personnes ont été euthanasiées en 2006, soit 1,4 % des morts recensées, précise Libération.fr. Problème, selon le quotidien, dans 20 % des cas, l’euthanasie n’est pas déclarée, à cause d’un processus bureaucratique trop lourd. Le nombre d’euthanasies, par ailleurs, va en baissant. En revanche, les sédations palliatives ont augmenté de 11% entre 2001 et 2005. Ces soins, qui ne nécessitent pas d’autorisation spéciale, consistent à plonger le patient dans un profond sommeil et à ne plus l’alimenter, pour laisser la maladie l’emporter. Plus de 9 600 cas de sédation palliative ont ainsi été déclarés en 2005, soit 7 % de toutes les morts.
C. F. (avec agence)
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr