Etats-Unis: Elle meurt d'une violente infection après avoir consommé des huîtres

FAITS DIVERS En Louisiane, une quinquagénaire a été victime d’une bactérie de la même famille que celle responsable du choléra après avoir consommé des huîtres…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'huîtres.

Illustration d'huîtres. — Ilya Savenok

Jeannette LeBlanc, une Américaine de 55 ans originaire du Texas, est décédée d’une infection après avoir consommé des huîtres renfermant une bactérie mangeuse de chair, le vibrion, rapporte la chaîne KTLA5.

Détresse respiratoire et plaques rouges

En vacances à Lafayette, en Louisiane, dans le Sud des Etats-Unis, la Texane s’était rendue sur le marché de Westwego, sur les rives du Mississippi, en compagnie de son mari et d’amis. Elle avait acheté plusieurs douzaines d'huîtres et tous les avaient dégustées au repas suivant.

>> A lire aussi : Après cinq semaines d'interdiction, les huîtres de Thau peuvent à nouveau être consommées

Mais après 36 heures, Jeannette LeBlanc a commencé à présenter les signes d’une violente réaction allergique : détresse respiratoire, plaques rouges sur les jambes… Son état de santé n’a, par la suite, cessé de se dégrader jusqu’à ce qu’elle succombe, au bout de 21 jours. Les médecins n’ont pas tardé à désigner le coupable : le vibrion.

Une bactérie responsable du choléra

Cette bactérie, qui vit en milieu aquatique, ne provoque, le plus souvent, que des symptômes digestifs. Cependant, certains types de vibrions peuvent entraîner de bien plus graves conséquences.

>> A lire aussi : Un million et demi de cas d'infections alimentaires et 200 décès recensés par an en France

Ainsi, l’espèce la plus connue, vibrio cholerae, est l’agent responsable du choléra. Et deux autres types, vibrio vulnificus et vibrio parahaemolyticus, peuvent être à l’origine de lésions cutanées et de septicémies. Ces bactéries baptisées « mangeuses de chair », libèrent des toxines mortelles pour les cellules vivantes.

Elles entrent généralement dans l’organisme par des plaies ouvertes (coupures, égratignures) mais il arrive que l’on les trouve aussi dans les fruits de mer et les mollusques.