Canada: L’ancien otage Joshua Boyle inculpé pour agressions sexuelles

FAITS DIVERS L’ex-otage en Afghanistan est accusé d’agressions sexuelles, de séquestration et de menaces de mort…

20 Minutes avec agences

— 

L'ex-otage en Afghanistan Joshua Boyle lors de son arrivée à l'aéroport de Toronto (Canada), le 13 octobre 2017.

L'ex-otage en Afghanistan Joshua Boyle lors de son arrivée à l'aéroport de Toronto (Canada), le 13 octobre 2017. — Nathan Denette/AP/SIPA

Joshua Boyle, ex-otage canadien en Afghanistan libéré en octobre, est poursuivi pour agressions sexuelles, séquestration et menaces de mort. Des médias locaux ont annoncé l’information ce mardi, avant qu’elle ne soit confirmée par son avocat.

« M. Boyle est présumé innocent, il n’a jamais eu d’ennuis avant et aucune preuve n’a encore été fournie, ce qui est classique à ce stade », a immédiatement tenu à préciser Me Granger, l’avocat du suspect.

Libéré depuis octobre

Joshua Boyle avait été kidnappé en 2012 avec sa femme Caitlan Coleman par des talibans puis ils avaient été remis au réseau Haqqani. Ils ont été libérés à la mi-octobre, ainsi que leurs trois enfants, âgés de six mois à quatre ans, tous nés en captivité.

L’ensemble des chefs d’accusations sont portés sur la période du 14 octobre au 30 décembre 2017. Son avocat a indiqué qu’une ordonnance avait été prise par le juge interdisant « d’identifier les victimes ou les témoins impliqués dans le dossier ».

>> A lire aussi : Afghanistan: Une vidéo de deux professeurs occidentaux enlevés par les talibans diffusée

Un comportement dû au « traumatisme »

Joshua Boyle a été placé en détention provisoire ce lundi et doit comparaître devant le tribunal d’Ottawa ce mercredi. Pour sa femme, qui n’a pas indiqué être la victime de ces agressions, les faits qui lui sont reprochés seraient dus à la « tension » et au « traumatisme » liés à leur période de captivité. Cette épreuve aurait eu des effets « sur son état mental », a-t-elle déclaré au Toronto Star.

Dès son retour d’Afghanistan, en octobre, à l’aéroport de Toronto au Canada, Joshua Boyle avait accusé les talibans d’avoir tué une petite fille née en captivité et d’avoir violé sa femme. Ces accusations avaient rapidement été démenties par un porte-parole des talibans. En novembre, c’est Caitlan Coleman qui avait formulé des accusations similaires contre leurs ravisseurs sur la chaîne ABC.

>> A lire aussi : Canada: Otage pendant cinq ans en Afghanistan, il n'a pas cru à l'élection de Donald Trump