Changement climatique: Le chocolat aura-t-il disparu en 2050 ?

CACAO La plante à partir de laquelle le chocolat est produit pourrait ne plus être en mesure de pousser d’ici une trentaine d’années…

D. D.

— 

Une cabosse de cacao et ses fèves

Une cabosse de cacao et ses fèves — J. Melli/salon du chocolat

C’est une nouvelle à faire frémir les gourmets, quelques jours après les réveillons qui voient les Français engloutir de grandes quantités de chocolat. Il faut en profiter car selon le Daily Mail, de nombreux experts prédisent que le monde pourrait manquer de cet or noir culinaire dans moins de quarante ans.

>> A lire aussi : Chocolat: Découvrez le chocolat rubis, le quatrième type de chocolat inventé

En cause, le fait que les plantes de cacao luttent pour survivre dans les climats les plus chauds. Ces arbres ne peuvent en effet pousser que dans une zone comprise entre 20 degrés au nord et au sud de l’équateur. Ils ne se plaisent que dans un climat spécifique mêlant humidité élevée et pluies abondantes.

L’humidité nécessaire à la culture du cacaoyer menacée par le réchauffement

Une augmentation de la température de seulement 2,1 °C au cours des trente prochaines années ravagera ainsi les plantes, qui ne pourront plus supporter ces nouvelles conditions climatiques. Car, comme l’explique le Daily Mail, « au fur et à mesure que le mercure s’élève et extrait plus d’eau du sol et des plantes, les scientifiques pensent qu’il est peu probable que les précipitations augmentent suffisamment pour compenser la perte d’humidité ».

>> A lire aussi : Gironde: La PME Cacolac mise sur le filon du bio avec une nouvelle boisson chocolatée

Les zones de production actuelle deviendront de grandes étendues asséchées. Seule solution pour continuer à produire du cacao selon les scientifiques : délocaliser les productions à plusieurs milliers de mètres d’altitude. Encore faut-il qu’un tel terrain ait vu sa faune protégée d’ici 2050. Mais même si cette possibilité aboutit, la production de cacao sera réduite à de petites parcelles et deviendra donc un produit de grand luxe.

La Côte d’Ivoire et le Ghana​, qui produisent plus de la moitié du chocolat mondial, devront faire face à un dilemme : continuer à approvisionner autant que faire se peut le marché en chocolat ou sauver leurs écosystèmes mourants.