Pakistan: L'ambassadeur américain convoqué après le tweet de Donald Trump

DIPLOMATIE Le président américain a accusé le Pakistan de servir de « refuge » aux terroristes…

20 Minutes avec AFP

— 

L'ambassadeur américain au Pakistan David Hale (à droite) le 6 novembre 2017 à Islamabad.

L'ambassadeur américain au Pakistan David Hale (à droite) le 6 novembre 2017 à Islamabad. — AAMIR QURESHI

La tension monte entre Islamabad et Washington. Les autorités pakistanaises ont en effet convoqué ce lundi David Hale, l’ambassadeur américain au Pakistan, dans un geste de défiance rare après les menaces du président Donald Trump de supprimer l’aide fournie à ce pays, accusé de ne pas en faire assez contre le terrorisme.

>> A lire aussi : La Chine, le Pakistan et l'Afghanistan veulent lutter contre le terrorisme

Alors que les relations entre les deux camps sont houleuses depuis des mois, l’ambassadeur a été invité à se rendre lundi soir au ministère des Affaires étrangères pakistanais. « Il y est allé et a rencontré des responsables », a déclaré un porte-parole de l’ambassade, sans plus de détails.

« Ils abritent les terroristes que nous chassons en Afghanistan »

D’après un porte-parole du ministère des Affaires étrangères pakistanais, le Premier ministre Shahid Khaqan Abbasi a réuni un Conseil national de sécurité ce mardi après-midi avec des chefs de la puissante armée pakistanaise. La convocation s’est tenue après un tweet de Donald Trump contre le Pakistan ce lundi.

« Les Etats-Unis ont bêtement donné 33 milliards de dollars d’aide au Pakistan ces quinze dernières années et ils ne nous ont rien donné en retour si ce n’est des mensonges et de la duplicité, prenant nos dirigeants pour des idiots », a écrit le président américain. « Ils abritent les terroristes que nous chassons en Afghanistan, sans grande aide. C’est fini ! », a-t-il poursuivi.

Le Pakistan se défend de toute connivence avec les terroristes

Le Pakistan a rapidement répondu avoir aidé les Etats-Unis à « décimer Al-Qaïda » pour n’obtenir en retour que « des invectives et de la méfiance », via son ministre de la Défense, Khurram Dastgir-Khan. Islamabad, allié des Etats-Unis depuis la Guerre froide, dément de longue date les accusations américaines et reproche à Washington d’ignorer les milliers de Pakistanais tués dans la lutte contre le terrorisme.

Après les attentats du 11 septembre 2001, les deux pays avaient noué un partenariat stratégique pour défaire les groupes armés islamistes dans la région. Mais les Etats-Unis, tout comme l’Afghanistan, accusent le Pakistan de soutenir les talibans actifs dans ce pays voisin.