VIDEO. Sénatoriales en Alabama: Le candidat Roy Moore, ex-juge accusé d'attouchements sexuels, embarrasse les Républicains

SCANDALE Roy Moore, parti favori de ce scrutin, est englué dans des accusations d’attouchements sur mineures remontant aux années 1970...

20 Minutes avec AFP

— 

Le candidat républicain à la sénatoriale de l'Alabama, Roy Moore.

Le candidat républicain à la sénatoriale de l'Alabama, Roy Moore. — Brynn Anderson/AP/SIPA;

Roy Moore gagnera-t-il la bataille ? Trois millions d’électeurs de l’Etat américain de l’Alabama sont appelés aux urnes ce mardi pour élire leur second sénateur. Au menu ? Un scrutin à suspense qui déchire notamment le parti républicain. Au coeur du débat, la candidature du sulfureux Roy Moore, accusé d'attouchements sur deux mineures (des faits datant de la fin des années 1970) mais dont l’élection se veut cruciale pour que les Républicains conservent un siège précieux dans la chambre haute du Congrès.

Niant ces accusations, les qualifiant de « fake news », à la manière du président américain Donald Trump qui lui a apporté son soutien, Roy Moore, un ancien juge ultra-conservateur qui veut porter au Sénat son activisme religieux, est ostracisé par son propre parti. En cause, outre ces accusations d’attouchements sexuels, ses opinions politiques extrêmes. Roy Moore se montre en effet hostile à l’avortement, aux homosexuels et aux transgenres.

L’homosexualité est « abjecte, immorale, détestable, un crime contre la nature »

Il a ainsi par le passé par exemple comparé l'homosexualité à la « zoophilie » et souhaite de fait rendre cette orientation sexuelle illégale en Alabama. C’est un comportement « abject, immoral, détestable, un crime contre la nature », estime Roy Moore, qui arbore régulièrement un Stetson de cow-boy et devrait se rendre à son bureau de vote à cheval. Reprenant les grands thèmes présidentiels de l’immigration clandestine et de la défense, il se présente en partenaire fiable de Donald Trump.

« Nous n’allons pas laisser des gens venus d’ailleurs, ou de l’argent californien, contrôler l’issue de cette élection », a-t-il même clamé ce lundi lors de son dernier meeting de campagne celui que certains médias surnomment « le juge des Dix commandements » ou le « fou de Dieu ».

« Notre avocat est un juif »

Son épouse, Kayla, a défendu son honneur et rejeté les accusations de racisme, de sexisme et d’antisémitisme, soulignant par exemple. Sa ligne de défense ? « Notre avocat est un juif », assène-t-elle. Si Roy Moore l’emporte, la marque républicaine risquerait d’être salie par association, alors que les Etats-Unis, à la faveur de l’affaire Harvey Weinstein, sont en plein examen de conscience sur le harcèlement sexuel et le respect de la parole des victimes.

>> A lire aussi : Etats-Unis: Accusé d'agressions sexuelles, un candidat républicain au Sénat appelé à se désister

Reste qu’en cas de défaite, la majorité républicaine dans la cruciale chambre haute du Congrès passerait de 52 à 51 sièges sur 100, une marge de manœuvre réduite à peau de chagrin. Les sondages ont beaucoup varié ces derniers jours, ajoutant au suspens, mais c’est bien la participation qui reste la grande inconnue. Le responsable des élections dans l’Alabama, John Merrill, a confié s’attendre à un taux de seulement 25 %.