VIDEO. Nouveau tir de missile: La Corée du Nord se dit capable de frapper le continent américain

DEFENSE Le missile a atteint l'altitude record de 4.500 km et pourrait toucher n'importe quelle ville américaine...

20 Minutes avec AFP

— 

Une télévision japonaise annonce un tir de missile de la Corée du Nord, le 26 août 2017 (illustration).

Une télévision japonaise annonce un tir de missile de la Corée du Nord, le 26 août 2017 (illustration). — Koji Sasahara/AP/SIPA

Pyongyang remet ça. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a déclaré mercredi que son pays était devenu un Etat nucléaire à part entière après avoir testé avec succès un nouveau type de missile capable de frapper n’importe où sur le continent américain.

Ce tir de missile balistique intercontinental (ICBM) brise net la pause des tests observée depuis plus de deux mois par le Nord. Un nouveau défi pour le président américain Donald Trump qui avait assuré que le développement de telles capacités « n’arriverait pas ».

Un missile « capable de frapper la totalité du continent américain »

La présentatrice favorite du régime nord-coréen, Ri Chun-Hee, est apparue à la télévision officielle pour annoncer ce succès. « Kim Jong-un a déclaré avec fierté que nous avons finalement réalisé notre grande cause historique, l’achèvement d’une force nucléaire d’Etat, la mise au point d’une puissance balistique », a-t-elle dit. « Le grand succès de l’essai de l’ICBM Hwasong-15 est une victoire qui n’a pas de prix, remportée par le grand peuple héroïque » de Corée du Nord.

La presse officielle a parlé de l’arme la plus sophistiquée à ce jour. « Le système d’armes de type ICBM Hwasong-15 est un missile intercontinental équipé d’une ogive lourde extra-large capable de frapper la totalité du continent américain », selon KCNA. 

Un « acte violent » qui « ne peut pas être toléré »

Dans la foulée, le Pentagone a confirmé qu’il s’agissait bien d’un missile intercontinental. « On va s’en occuper », a réagi Donald Trump lors d’une brève déclaration. Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a souligné quant à lui que les « options diplomatiques » restaient « sur la table, pour l’instant ». Condamné par toutes les grandes capitales, ce tir fera l’objet d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU, mercredi soir.

>> A lire aussi : Corée du Nord: Quarante ans de programmes balistique et nucléaire

Selon le ministre japonais de la Défense, le missile est tombé dans la zone économique exclusive maritime du Japon. Le Premier ministre japonais a qualifié « d’acte violent » qui « ne peut pas être toléré » le tir de missile et a appelé à une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU. « Nous ne céderons jamais à aucun acte de provocation. Nous renforcerons notre pression » sur Pyongyang, a déclaré Shinzo Abe à la presse.

Une altitude record, portée possible de 13.000 km

Le ministre de la défense, Jim Mattis, a indiqué que ce tir avait atteint la plus haute altitude de tous les tirs effectués par Pyongyang et qu’il représentait « une menace partout dans le monde ».

Selon l’agence Yonhap, le missile s’est élevé dans l’espace à une altitude de 4.500 km pour retomber dans la mer du Japon 960 km plus loin. Il s’agirait d’un record pour Pyongyang, alors que son précédent test avait culminé à une altitude de 3.700 km.

Selon le physicien David Wright, avec une altitude plus basse, le missile aurait une portée de 13.000 km et pourrait atteindre n’importe quelle ville américaine et européenne.

>> A lire aussi : La Corée du Nord défie Trump en lançant un missile balistique