Sous-marin disparu: Une «explosion» enregistrée en mer le jour de la disparition

RECHERCHES La marine argentine a expliqué qu'un bruit « anormal » avait été détecté des heures après le dernier contact avec le sous-marin « San Juan »...

M.C. avec AFP

— 

Image prise par un avion de la marine argentine pendant les recherches, le 21 novembre 2017.

Image prise par un avion de la marine argentine pendant les recherches, le 21 novembre 2017. — CATERS/SIPA

La Marine argentine a annoncé ce jeudi que les analyses de « l’anomalie hydro-acoustique » détectée dans la zone où se trouvait le sous-marin argentin San Juan le 15 novembre, date de sa disparition, avaient les caractéristiques d’une « explosion ».

Un rapport reçu ce jeudi par la Marine argentine fait état d'« un événement anormal, court, violent, pas d’origine nucléaire, correspondant à une explosion », a déclaré au cours d’un point-presse le porte-parole de la Marine, Enrique Balbi.

« Nous avons été informés d’un indice officiel, du mercredi 15 novembre à 11h dans la zone d’opération du sous-marin : une anomalie hydro-acoustique. C’est un bruit qu’il faut analyser », a déclaré lors d’un point-presse le capitaine Enrique Balbi sur ce drame qui touche 44 marins et leurs familles, désormais suivi heure par heure par les médias argentins.

« Il peut s’agir d’une explosion »

Il a précisé que le « bruit » a été enregistré à 400 km des côtes de Patagonie, à 60 km au nord de la dernière position communiquée par le sous-marin, qui avait mis le cap sur la base navale de Mar del Plata, port d’attache du sous-marin. La Marine argentine avait « sollicité aux Etats-Unis et à différentes agences des relevés acoustiques » correspondant au mercredi 15 novembre, date du dernier échange avec le submersible, vers 7h30. Elle les a reçus ce mercredi.

>> A lire aussi : «Une course contre la montre si l'appareil est posé sur le fond»

« Cela a dû être un bruit très fort (…) Il peut s’agir d’une explosion », a confié un ancien commandant de sous-marin, qui souhaite rester anonyme. Interrogé sur cette éventualité, le porte-parole de la marine a répondu que le bruit était en cours d’analyse.

L’inquiétude des familles des marins rassemblées dans la base navale

Trois navires se dirigeaient vers la position indiquée pour tenter de localiser le sous-marin et devaient arriver sur zone mercredi en fin de soirée, vers 23 heures locales (jeudi à 3 heures, heure française).

Selon la Marine argentine, le sous-marin avait signalé une avarie avant sa dernière communication, mais pas jugée suffisamment grave pour déclencher une procédure d’urgence. Le commandant du sous-marin avait annoncé lors de son dernier message qu’il maintenait le cap vers Mar del Plata. « Nous sommes préoccupés, comme les familles », a ajouté le capitaine Balbi.

>> A lire aussi : Faux espoir, les bruits captés ne venaient pas du sous-marin argentin disparu

Dans une insoutenable attente, au milieu des prières, des étreintes et des dessins d’enfants accrochés au grillage, les proches étaient rassemblés dans la base navale de Mar del Plata, à 400 km au sud de Buenos Aires. « J’ai confiance, ils vont revenir », voulait croire mercredi Fernanda Valacco, la femme d’un des membres de l’équipage.

« Une phase critique pour l’oxygène » si le sous-marin est immergé

Les 44 marins sont entrés « dans une phase critique » s’ils sont en immersion puisqu’une semaine s’est écoulée depuis la dernière communication avec le San Juan porté disparu dans l’Atlantique sud : s’ils sont encore en vie, ils pourraient manquer d’oxygène, les réserves étant en théorie épuisées en sept jours.

« Nous sommes au septième jour, dans une phase critique pour l’oxygène, si nous sommes dans un scenario d’immersion », a déclaré mercredi matin Enrique Balbi. En revanche, s’il peut remonter à la surface pour renouveler l’air dans le bâtiment, l’autonomie du San Juan peut atteindre plusieurs semaines.

Il se peut également qu’il soit à la surface et que les mauvaises conditions climatiques aient jusqu’ici empêché sa localisation. Les recherches s’intensifient chaque jour. Plus de 4.000 personnes de huit pays participent aux opérations.

Une zone de recherche de la taille de la France

La zone de recherches, initialement de 300 km de diamètre, a été quadrillée à 100 % puis étendue à une zone de 1.000 km de long du nord au sud et 500 km d’est en ouest, presque la superficie de la France. Quatorze navires et dix avions sont mobilisés pour les recherches, auxquelles participent les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France, le Brésil, le Chili et l’Uruguay.

Le pire accident de sous-marin survenu dans le monde ces 30 dernières années avait eu lieu le 12 août 2000, quand le sous-marin russe Koursk avait sombré en mer de Barents, causant la mort des 118 membres d’équipage.